AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Darrell G. Thomas ­─ 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Darrell G. Thomas ­─ 100% Lun 13 Déc - 0:32











« Confidentiel ~ »





    « Darrell Garrett Thomas »



      Âge ; 17 ans


      Signe Zodiacal ; Gémeaux


      Sexe ; Masculin


      Nationalité ; Anglais


      Race ; Expire


      Orientation sexuelle ; Bisexuel





    « Tell us something »


    You, you and you !


    Pseudo ; BT

    Code règlement ; Okay =D

    Code histoire ; Okay =D


    Comment as-tu connu le forum ? ; Par partenariat après 2 jours de recherche x)

    Autres choses ? ; "C'est mon dernier mot, JP !"








    « Caractéristiques ~ »






    Physique


    Lorsque Darrell résidait encore dans le monde Neutre, nombre d'humains du lycée qu'il fréquentait se plaisaient à le qualifier de zombie, de croquemort... Pourquoi user de tels noms pour désigner un adolescent relativement banal, du moins le pensaient-ils tous ? Les hommes sont tous ridiculement méprisants, railleurs, avides de puissance et de pouvoir, et quel meilleur moyen d'asseoir son autorité qu'en rabaissant ceux jugés de différents de la norme ? Aucun, voilà la problème. Et Darrell eut le malheur de ne pas se montre dans la masse grouillante, de sortir du lot, ou tout du moins de paraître divergeant de ses pairs. Relativement mince, les problèmes de prise de poids sont inconnus au jeune homme à l'ossature fine qui ne parvint pas à prendre un gramme malgré la nourriture qu'il ingurgite. Son peu d'appétit en est peut-être une des raisons, mais Darrell n'est simplement pas de nature à grossir. Son teint pâle, pouvant paraître blafard à la lueur d'une chandelle ou lorsqu'il fait une apparition à l'extérieur à la nuit tombée, a largement contribué aux surnoms pour le moins détestables dont l'affublaient ses camarades de classe. Le garçon n'en n'a que faire, préférant ignorer ces moqueries blessantes mais surtout stupides, dénuées du moindre intérêt. Sa peau blême est renforcée par la touffe de cheveux d'un noir ébène qui recouvre son crâne, encadrant son visage aux traits fins. Une mèche retombe toujours au milieu de son front, séparant ses yeux bleus azurés, profonds. On dit d'eux qu'on peut s'y plonger des heures sans s'en lasser, le "on" faisant référence à la mère de Darrell. Il n'impose pas réellement de par sa stature, ne dépassant guère le mètre soixante-quatorze, mais le jeune homme n'est pas du genre à chercher intimider autrui à l'aide de son apparence.

    Quant à son style vestimentaire, Darrell n'est pas vraiment compliqué en matière de vêtements. Il préfère de loin la simplicité à la complexité et se vêtit de façon similaire. Un simple tee-shirt et un jean, le brun favorisant les slims aux pantalons larges, suffisent généralement à son bonheur. Néanmoins, le jeune homme apprécie tout particulièrement son gilet de teinte marron, aux manches et aux rebords rouges, pour qui il possède un attachement étrange... Il est également habituel de le surprendre avec un bonnet bleu marine au pompom rouge et au contour de couleur semblable. Pour ce qui est de sa façon de se chausser, plusieurs paires de converses sont entreposées dans son placard. Toute, ou presque, noires et blanches.





    Mental


    L'éloignement forcé dont fut victime le jeune Darrell ne l'aida pas, pour ainsi dire, à se familiariser avec ses pairs. Au contraire, au lieu de chercher à passer outre ces railleries et ces regards en biais, le jeune garçon préféra se refermer sur lui-même, sombrant peu à peu dans un monde de solitude qui n'appartenait qu'à lui. Il était bien plus simple de ne rechercher aucune compagnie que de se la voir refuser... Peu habituée aux contacts amicaux, Darrell devint quelque peu rude alors que le temps s'écoulait, bien qu'au fond de lui il ne parvenait à chasser définitivement l'espoir que, peut-être, il trouverait enfin sa place en ce vaste monde. La méfiance qu'il nourrit au fil des années ne fit que renforcer cette impression d'être en trop lorsque l'on tentait de l'aborder, mais personne ne savait réellement que c'étaient là les pouvoirs d'Expire du brun qui se manifestaient. Fort heureusement, par ailleurs, sinon le garçon aurait eu peu de chance d'atteindre ses dix-sept ans ! Peu bavard, le silence est d'or, selon lui, et il vaut mieux se taire que déblatérer des insanités ne se révélant, au final, d'aucune utilité. Malgré les apparences, Darrell n'est pas un être insensible cultivant sa rancune envers l'univers tout entier, mais simplement un adolescent ayant choisi la prudence comme seule méthode de défense. Il paraît sûr de lui, et certains le pensent arrogant, trop imbu de lui-même pour se mêler aux petites gens, et le garçon se plaît à attiser ces rumeurs de façon à ne pas être dérangé quiconque. Il est devenu quelque peu amer et rancunier, ne pardonnant pas facilement et rencontrant de grosses difficultés à sympathiser, imaginant toujours bon nombre de scénarios visant à l'humilier plus encore. Parano ? Presque, j'en conviens. Surtout conservateur, et c'est ce qui est le plus remarquable chez le brun : son sens de la conservation. Il n'irait jamais se mettre dans un quelconque pétrin sans en éprouver un réel besoin ou avoir une bonne raison de se jeter dans les ennuis, c'est certain. Ni particulièrement bon, ni extrêmement mauvais, Darrell pense seulement à lui puisqu'il sait que personne ne le fera à sa place.


    Manies & loisirs


    Darrell a pris la mauvaise habitude de refermer ses lèvres autour de ses ongles, qui s'apparentent en réalité plus à des griffes qu'autre chose, et de les mâchouiller à l'aide de ses dents sans pour autant les abimer. Il effectue ce geste en toute situation, à dire vrai, et sans vraiment savoir pourquoi. Quant à ses loisirs... Le dessin est probablement l'une de ses activités favorites, le garçon ayant développé cette sorte de don inné depuis son plus jeune âge.









    « Le passé, le présent et l'avenir ~ »





    « La vie mérite d'être vécue »


    Story


    Certains enfants sont impatiemment attendus, leur naissance bénie, leur existence chérie. D'autres arrivent par inadvertance sans que l'on ne sache vraiment pourquoi, personne n'ayant recherché leur présence. Des enfants non désirés. Ces chérubins, dont la vie débute par accident, sont parfois choyés et adorés comme s'ils étaient les fruits d'une attente interminable, ou bien sont détruits avant-même d'avoir terminé leur formation, le destin ne leur accordant pas la moindre chance. Darrell, lui, n'entre dans aucune de ces deux catégories. Sa création résulte en réalité d'une erreur, ou plutôt d'une trahison. La mère du jeune homme, plus connue sous le nom de Mandy, travaillait en tant qu'aide-soignante dans un petit foyer de retraités. Son père, Aaron, un homme au tempérament changeant et aux mœurs douteuses, passait le plus clair de son temps sur les routes, cheminant de ville en ville, visitant divers régions, traversant différents pays. Sa famille n'était pas riche mais se suffisait à elle-même, une de ces nombreuses classes moyennes sans grande importance. Aaron croisait sa jeune femme plus qu'il ne la voyait, devant sans cesse s'arranger pour avoir l'occasion de passer un week-end en sa compagnie, ne réchauffant le lit conjugal que deux nuits par semaine. C'était bien trop peu de l'avis de Mandy qui se mit en tête de convaincre son mari de modifier ses horaires de travail ou, si chose impossible, de changer de carrière, mais l'homme ne prêtait pas attention aux demandes de sa bien aimée, affirmant pouvoir gérer sa vie professionnelle et sa vie privée d'un même temps, repoussant toujours le moment fatidique où il se verrait forcé de faire un choix. La demoiselle ne désespéra pas, revenant toujours à la charge, son entêtement finissant à la longue par lasser l'homme qui ne comptait aucunement faire de compromis. Il y eu des disputes, des murmures, des pleurs, des portes claquées. Et un jour, la limite fut outrepassée. Il est bien beau de se hurler continuellement au visage, se lançant des injures à qui mieux mieux, encore faut-il parvenir à s'arrêter avant que cela n'engendre d'autres problèmes bien plus conséquents, cette fois. Mandy n'y prit pas garde, et, alors que Aaron avait repris la route, elle passa la nuit accompagné d'un collègue infirmer, refusant de se retrouver esseulée dans son grand lit froid. Ce fut la première erreur. La seconde fut quand, pris dans les feux de la passions, les deux amants ne songèrent pas à se protéger. La première faute aurait pu être pardonnée, pas la deuxième, surtout lorsqu'il en découla la procréation d'un enfant pour le moins inattendu. La pauvre femme, ravagée par l'affreux dilemme qui s'offrait à elle, ne put cacher bien longtemps l'existence du fœtus et son mari entra dans une colère folle, la démence s'emparant peu à peu de son être, mais fort heureusement il parvint à se raisonner avant de commettre l'irréparable. Il discuta, amer, son cœur empli de rancune, trahi, avec sa femme qui le supplia de ne pas la forcer à choisir entre son enfant et son aimé. Elle ne pouvait tout simplement s'y résoudre : une vie était une vie, aussi minime soit-elle. Il refusa en premier lieu, un bâtard ne lui causerait que des soucis, et la confiance qu'il avait placée envers Mandy s'était éclipsée lorsque l'enfant été arrivé. Mais il fallait se rendre à l'évidence : ce choix était cruel, et n'en n'était pas réellement un. Aussi, donna-t-il son accord, déposant malgré tout une condition : le divorce. Il verserait une pension à la jeune mère, mais refusait de s'investir dans l'éducation de cet enfant qui proviendrait pas de la fusion de leur amour. Elle ne voulut pas, mais, encore une fois, n'eut pas le choix. Les papiers signés, le mariage rendu nul, le garçon né, Aaron Thomas quitta définitivement la vie de Mandy Thomas, née Brooke. Peut-être que si les choses s'étaient déroulées autrement, Darrell, nommé ainsi en l'honneur du grand père de Aaron, aurait peut-être eu une chance d'évoluer parmi les hommes. Peut-être. Mais on ne peut jamais savoir avec certitude ce qui se serait passé "si", puisqu'il est impossible de revenir en arrière et encore moins de modifier le passé... Ce fut donc sur une vile trahison que commença la vie du garçon, né hors mariage.

    Mandy était rongée par les remords, la culpabilité l'étreignant de toute part chaque fois qu'elle repensait à son ex-mari qu'elle aimait pourtant avec ardeur, malgré sa petite incartade. Bien que Darrell ne rencontra jamais personnellement l'homme qui aurait dû être modèle de figure paternelle, le jeune homme fut bassiné tout au long de son enfance par les histoires de sa mère qui ne cessait de vanter telle ou telle aspect de la personnalité de l'homme, allant jusqu'à utiliser le patronyme de ce dernier pour son jeune fils, Thomas. Darrell n'avait cependant que faire d'une personne ayant disparue avant même qu'il ne soit venu au monde, surtout qu'il avait été contraint par Mandy à rester éloigné de son véritable géniteur, celui-là même dont il ignorait jusqu'à son nom. La jeune mère, seule, s'aidant de la pension envoyée mensuellement par Aaron, éleva le petit garçon qui, étrangement, ne parvint à se mêler au reste de ses camarades. Elle ne saisissait pas : avait-elle commis une autre erreur ? S'y prenait-elle mal ? Elle visita des spécialiste, cherchant à dépister une quelconque maladie pouvant expliquer cet éloignement que subissait le pauvre enfant. Il n'était pas sociopathe, et ne souffrait d'aucune maladie mentale. Rien ne parvenait à éclaircir les raisons de ce malêtre intérieur, et plus les années passaient, plus ce renfermement toucha le jeune Darrell. Il n'accordait pas sa confiance, ou tout du moins pas facilement, parler peu, se montrer froid, comme s'il avait peur d'être puni s'il était heureux. Mandy ne pouvait supporter de voir son fils dans de telles conditions, mais elle n'arrivait pas à établir le contact relatif à un enfant et sa mère, peu importe les méthodes qu'elle employait. Darrell ne s'ouvrait pas à elle, à personne, à dire vrai. Il restait cloîtré dans sa chambre, enfermé dans sa solitude, plongé dans ses dessins ou bien ses livres, assis devant son ordinateur, préférant le monde virtuelle à la dure réalité de la vie. Ça allait de mal en pis. Les années passaient, et bientôt le brun atteint l'âge de 17 ans, un an avant sa majorité, donc. Il se sentait terriblement seul, comme s'il n'y avait pas de place possible pour lui en ce monde, ou tout du moins en cet univers. Il semblait maudit. Pire, encore. Le sort s'amusait à ses dépends et, lassé de voir son entourage le traiter en paria, il lança une créature à ses trousses. Une créature tout droit sortie de l'enfer, du moins selon certaines légendes. La lune, ronde, pâle, brillante, avait pris place haut dans le ciel étoilé. Seul les bruissements des feuilles des arbres, frappées par le vent, troublaient le silence qui régnait dans cette ruelle déserte. Il n'était guère plus de minuit, et Darrell avait accompagné, plus par obligation que par choix, sa mère au foyer dans lequel elle travaillait. La vieille dame dont elle s'occupait avait fait une mauvaise chute et Mandy avait dû se rendre sur les lieux dans les plus brefs délais. Les quartiers, bien qu'éloignés de la banlieue, étaient toujours à risque, la nuit. Le brun l'avait compris, bien trop tard cependant. Un souffle, un murmure, et il s'était retrouvé plaqué contre le mur le plus proche, sa respiration coupée sous la force du choc. Deux choses pointues avaient entaillé sa peau, pénétrant sa chair, aspirant le liquide vital qui circulait dans ses veines. Que se passait-il ? Il ne comprenait pas, il ne pouvait admettre... Un vampire ? Non, c'étaient là des contes pour enfant, rien de plus. Il avait mal, terriblement pas, mais une main puissante sur sa bouche l'empêchait de hurler. Et, aussi soudainement qu'il était apparu, il repartit. Plus rien. Il retomba, inerte, sur le sol pavé. La morsure cicatrisa bien vite, il fut retrouvé au lendemain-matin, frigorifié, par un passant. Il fut conduit aux urgences, mais ils ne parvinrent à lui tirer le fin mot de l'histoire. C'était stupide, ils allaient le prendre pour un fou. Surtout qu'il n'était pas mort, il sentait encore le sang couler dans ses veines, la vie l'habiter. La fatigue. C'était tout. Il avait dû imaginer cette histoire, mais au fond de lui il savait cela impossible. Et pourtant... La rage, l'amertume, l'incompréhension le consumaient. Pourquoi lui ? Qu'avait-il fait pour s'attirer tous ces ennuis ? Il avait bien remarqué que, parfois, les personnes l'entourant se retrouvaient comme vidées de bonheur, léchant leur plaie à vif au grand jour, chagrinées. C'était étrange, très étrange. Et encore, il n'était pas encore entré en connaissance de son second pouvoir, celui de télépathie. Il ne savait même pas être différent des humains, ne pas être humain. Un Expire. C'était ce qu'il était. Un être mi-démon, mi-vampire. Mais personne n'en savait rien, pas même lui. Un matin, alors que son moral était au plus bas et qu'il contemplait d'un œil envieux le trottoir en goudron, six étages plus bas, une porte apparue. Elle s'ouvrit tout aussi soudainement mais au lieu de fuir comme son instinct aurait dû le lui suggérer, l'adolescent s'y engouffra. Il venait d'arriver dans le monde Magique. Il avait changé de dimension.




Dernière édition par Darrell G. Thomas le Lun 13 Déc - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar


▌Inscription : 05/07/2008
▌Messages : 1351
▌PUF : Bloum Milk / Tagada Bloumy / Milka Lun'
▌Âge : 24
▌Where : In WONDERLAND
▌Humeur : Joviale

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Blanche
Points Année: //
MessageSujet: Re: Darrell G. Thomas ­─ 100% Lun 13 Déc - 20:50

Bienvenue !

Tout est parfais, sauf un petit bémol. Ton personnage doit être mordu par un vampire. Un expire est un démon à la base. Il se fait mordre, mais le sang de vampire dort, submergé par le gène démon. C'est une fois la 4° année atteinte (l'année ou la partie humaine disparait), que le personnage se rend compte de sa race d'expire (le métabolisme change completement, il devient vampire en somme). En fait, pour l'instant, personne ne peux dire qu'il est expire, à par nous, cher narrateur que nous sommes ♥

J'adore ta manière d'écrire au passage

________________





Loish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Darrell G. Thomas ­─ 100% Lun 13 Déc - 21:12

Merci (:

Ah, pardon, je n'avais pas du tout compris ça x) Je pensais que le gêne de vampire dormait, certes, mais qu'une morsure n'était pas utile au préalable pour, justement, transmettre le gêne. Je me suis emmêlé les pinceaux x) J'ai corrigé, j'espère que je n'ai pas encore tout compris de travers. Le premier mot et le dernier mot du passage ajouté sont en italique, pour que ce soit plus simple à trouver x)

Et merci beaucoup =P
Revenir en haut Aller en bas


avatar


▌Inscription : 05/07/2008
▌Messages : 1351
▌PUF : Bloum Milk / Tagada Bloumy / Milka Lun'
▌Âge : 24
▌Where : In WONDERLAND
▌Humeur : Joviale

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Blanche
Points Année: //
MessageSujet: Re: Darrell G. Thomas ­─ 100% Lun 13 Déc - 23:02

Bon bas c'est Okay =D

Je te valide, amuses toi bien =D

________________





Loish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Darrell G. Thomas ­─ 100%

Revenir en haut Aller en bas

Darrell G. Thomas ­─ 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aslways :: « Validés-
Sauter vers:

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com