AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Un étalon dans les couloirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar


▌Inscription : 16/01/2010
▌Messages : 140

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Melzar
Points Année: 125
MessageSujet: Un étalon dans les couloirs Ven 26 Nov - 23:26

Cela faisait quelques jours que Andrew était confiné dans sa chambre. Il s'y était réfugié pour fuir le bruit incessant de l'école. Les couloirs, les classes remplies d'élèves le terrorisaient sans qu'il ne sache pourquoi. Peut-être cela avait-il rapport à son passage en 2ème année, mais il ne pouvait en être sûr.

Qu'est-ce qui avait changé autant pour qu'il réagisse de cette manière ? Était-ce ce satané pouvoir qui devenait plus fort ? Qui lui demanderait encore plus d'énergie ? Il ne savait pas ce qui le poussait à se confiner et peut-être que c'était mieux comme cela ... la vérité est parfois cruelle.

Recroquevillé sous ses couvertures, sa respiration devenait de plus en plus forte, comme s'il manquait d'oxygène. Écoutant les bruits se glissant à travers les parois de sa chambre, il faisait le saut à chaque fois que quelqu'un passait devant sa chambre.

C'était-il passé des heures ou des jours pendant lesquelles son inconscient le torturait ? Il ne pourrait le dire. Ça aurait pu être cinq minutes seulement qu'il ne s'en aurait pas rendu compte. Les veines entourant sa tête étaient en train de battre la chamade, martelant son crâne à coup de massue.

Il sentait qu'il allait devenir fou à rester à l'intérieur, confiné par quatre murs, un plancher et ... un plafond. C'était le plafond qui le torturait le plus, il aurait voulu voir un ciel et ses nuages, la douce caresse du soleil ou les étoiles dansant tout autour d'une lune d'argent.

Regardant la porte de sa prison, il eut comme idée de sortir et de s'enfuir de ce donjon funeste. Par contre, l'idée qu'il puisse avoir des gens en dehors mettait mal à l'aise. Les idées se bousculaient dans sa tête ... dedans - dehors - dedans - dehors - dedans - dehors - dedans - dehors - dedans - dehors - dedans - dehors !!!!!
Il enfonça la porte de sa cage, la réduisant en charpie, les copeaux de bois égratignant sa peau et ses vêtements. La cravate lousse autour de son coup et ses vêtement froissés et mal ajustés témoignaient de ses heures de calvaire. Il fronçait les soucis sur ses yeux devenus presque rouge, lui donnant un ton démoniaque.

Il inspirait profondément par la bouche pour ensuite violemment expirer par le nez. Ses membres lui sommaient de se dégourdir, il devait bouger, s'enfuir, loin de cet endroit. Il hurla de toutes ses forces pour ensuite partir à courir vers l'un des deux bouts de couloirs.
Il n'avait jamais couru aussi vite, jamais avec autant de rage dans le corps. Il trébucha sur un élève et continua sa course effrénée dans les couloirs. Pour une raison étrange, il courait maintenant sur ses poings et ses jambes. Un courant de panique se propagea en lui, ses bras étaient maintenant aussi long que ses jambes.

Qu'est-ce qui lui arrivait ? Mutait-il en quelque chose d'autre ? Était-ce cela un nouvelle malédiction qui s'abattait sur lui ? Tant de questions, si peu de réponses et si peu d'espace dans ces couloirs !

Il courrait de plus en plus vite. Il entendait maintenant des bruits de claquette sur le sol. Avec horreur, il vit que ses pieds et ses mains étaient maintenant des sabots suivi d'une épaisse fourrure blanche. Occupé à cela, il ne vit pas le verre qui se fracassa dans son passage. Relevant la tête, des milliers éclats de verre reflétaient sa nouvelle image : des yeux écarquillés, une longue crinière et un museau ... Il était devenu un cheval !

Secouant sa tête, il regarda en l'air et vu une grande bande azur. Le ciel le calma quelque peu, lui donnant un brin de paix. C'est lorsqu'il rebaissa les yeux que sa folie le repris; des dizaines d'élèves s'étaient attroupés pour voir si le cheval allait bien.

Pris de panique, il se mis sur ses deux sabots arrière hennissant nerveusement pour ensuite repartir dans les couloirs, il y aurait peut-être moins d'élèves et il pourrait trouver un autre chemin de sortie.

C'est en tournant rapidement un coin qu'il rencontra une vielle connaissance.


Dernière édition par Andrew le Jeu 9 Déc - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


▌Inscription : 03/08/2009
▌Messages : 1493
▌PUF : Aki'
▌Âge : 26
▌Where : In my head!
▌Humeur : Ca te regarde peut-être??? xD

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Noire
Points Année: 0
MessageSujet: Re: Un étalon dans les couloirs Jeu 2 Déc - 0:04

        « Life sings a heavy song
        I put my wolf suit on »


    Désert. Solitude. Silence.
    Un nuage passa dans le ciel, seul représentant de son espèce dans le ciel azuré. Le vent le poussait doucement, frais, presque froid, fidèle comme une horloge à ses habitudes du mois de novembre. Mais enroulé dans sa grande veste noire, les bras croisé sur sa poitrine et les mains rentré dans les manches pour les réchauffer, Katsuki ne ressentait pas la fraîcheur de l'air. De sa bouche s'élevait pourtant un petit nuage s'évaporant dans l'espace au gré de sa respiration régulière. Couchée sur le dos sur l'un des bans du petit jardin, elle avait vue en silence le ciel passer du bleu marine au gris, puis au bleu plus clair, jusqu'à la tinte d'azure qu'il avait revêtit pour la journée entière. Un écouteur pendant dans le vide, balancé doucement par les souffles de la brise du matin, l'autre à son oreille, dispersant doucement les notes d'une chansons venu d'un autre monde.

    La jeune femme, cheveux noirs toujours coupé cours et en bataille sur sa tête, regard d'argent liquide tourné vers le ciel, paraissait calme. D'un calme apaisant, loin de ce monde, loin de l'autre. Simplement ailleurs. Loin. Étrangement loin... Elle n'avait pas revêtit l'uniforme de l'école et portait un simple gens ajusté, et sous sa veste noire, un chemisier bleu sombre à col ouvert en V et à manches courtes. Genoux replié et pieds à plat sur le bois clair du banc, elle semblait n'avoir pas bouger depuis longtemps. Et c'était le cas. Pourtant, personne n'était là pour la voir, et c'était justement la raison pour laquelle elle restait là.

        « And I howl all night
        I run around and lose lose my mind »


    La veille au soir, elle avait quitter sa chambre alors même que sa nouvelle co-locataire y entrait. Déjà qu'elle avait du mal à rester enfermer dans sa propre chambre sans étouffer ou passer près de devenir cinglé, elle devait maintenant partager une nouvelle chambre avec une autre. Cela impliquait la proximité constante d'un autre être, son aura imprégné dans les lieux, les risques que cela encourrait... Autant de bonnes raisons pour mettre les pieds le moins souvent possible en cet endroit, d'avantage lorsque Pearl, nouvelle arrivante à Aslways que les surveillants lui avaient refiler comme coloc, y passait la nuit. Mais bon. Cela ne changeait pas grand chose à sa vie. Souffrant d’insomnie, elle passait le plus clair de ses nuits quelque part autour du collège où elle savait pouvoir être seule.

    Cette nuit là, elle l'avait passer presque entièrement au centre ville. Elle avait trouvé un resto-bar ouvert 24h, dans une rue adjacente à la grande allée, assez tranquille et qui passait de la musiques autant Aslwaysienne que terrienne. Il était principalement fréquenter par des Aslwaysiens d'origine ou encore par quelques élèves de l'école. Les étudiants semblaient pourtant préférer les bars plus achalander, plus technologique et reconnus, tel ceux que l'on trouvait, tout illuminer et grondant de gens et de musique, dans la grande allée. Bizarrement, elle s'était attaché à l'endroit et l'avait adopté. Seule dans un coin reculé de la salle coté restaurent presque toujours vide après minuit, elle s’assoyait là pendant plusieurs heures sans craindre de se faire déranger. La serveuse, après sa deuxième visite, avait comprit à quelle genre de fille elle avait affaire. Si la démone désirait quelque chose, elle le lui ferait comprendre, pas besoin de jouer la carte du service à la clientèle avec elle. D'autant plus que la serveuse préférait ne pas trop s'approcher de cette fille, elle ne savait pas pourquoi, mais elle lui donnait des frissons dans le dos... Kat' était donc tranquille et passait d'ordinaire la nuit à faire ses devoirs ou à dessiner en écoutant la musique en provenance de la piste de dance de l'autre coté du bar, tout en grignotant quelque chose.

    Elle s'était sans s'en rendre compte assoupie sur sa banquette, le dos appuyé contre la fenêtre, alors qu'elle regardait les étoiles dans le ciel, se laissant envahir par le rythme plus lent d'un slow qu'on faisait jouer dans le bar. On avait pas du vouloir s'approcher d'elle et la réveiller, simplement révulser par son aura, ou peut-être son pouvoir de symbiose avec l'ombre s'était-il subitement mis en marche, peu importe, elle n'en avait aucune idée, cependant, elle se réveilla lorsqu'une chanson techno s’enchaîna, quelques décibels au dessus des autres chansons qui l'avait précéder. Bref, un rapide coup d'oeil vers l'horloge accrocher au dessus de la porte d'entré lui arracha un haussement de sourcils surprit. 5h24 du matin. À ce temps-ci de l'année, il faisait sombre tôt le soir,et tard le matin. On se croyait encore au beau milieux de la nuit, et on aurait encore cette impression là pendant longtemps. La jeune démone rassembla ses affaires et sortit après avoir payer ses consommations à la serveuse. Ses pas la ramenèrent jusqu'au collège, où elle èra un moment. Elle ne pouvait retourner à sa chambre pour y passer les quelques heures qui restaient avant que l'école ne s'anime et qu'elle doive aller en cours, Pearl y dormait à coup sur toujours, et de toute façon, elle n'était pas fatigué. C'était alors qu'elle était tombé sur le jardin. La dernière fois qu'elle y était venu, ça avait été pour son cours sur la faune Aslwaysienne avec le professeur Shaé de Tall'Arden. Elle s'était étendu sur un banc, visage tourné vers le ciel et avait allumer son machin à musique. Elle n'avait pas bouger depuis.

        « To where the wild things are
        I go where the wild things are »


    Les bruits en provenance des couloirs adjacents au jardin lui parvenait depuis un moment déjà lorsqu'elle décida de se redresser. Inutile de se presser, s'était-elle dit, son premier cours de la journée ne commençait pas avec 11h35, et tout les élèves semblait snober cet endroit pourtant superbe et d'une tranquillité atterrante compte tenu de son emplacement. Un coup d'oeil à sa montre lui apprit qu'il n'était pas bien plus tard que 8h12, mais l'envie soudaine de se retrouver sous une douche brûlante la tiraillait. Elle avait souvent cet envie irrépressible lorsqu'elle revenait d'une longue pensée, ou d'un rêve. Pourquoi? Parce que jamais lorsqu'elle s'engageait trop loin dans son être elle ne pouvait éviter d'être confronter avec les démons et les ombres qui torturaient le fond de son âme. Son calme n'avait été qu'apparent. Comme toujours. Un masque de calme et d'impassibilité, pour une fois dénudé d'agressivité ou d'agacement pourtant, mais qui empêchait tout de même de ne pas craquer. Elle ne devait pas craquer. Ne pas affaiblir sa garde. Elle n'en avait pas le droit, ne l'avait jamais eu, ne se le donnait pas. Pour elle, pour eux, pour tout le monde.

    Jetant son sac en bandoulière sur son épaule, Kat' quitta le jardin en pénétrant dans le bâtiment principale du collège. Elle longea d'abord un long couloirs aux grandes baies vitré donnant sur le dit jardin où elle avait passé les dernières heures, puis tourna à 90 degré avec ce dernier, direction le hall de l'école. Ici, il n'y avait que les portes fermé des bureaux de la direction et de quelques surveillants, elle n'avait donc encore croisé personne. Ce qui ne tarderait pas à venir, si elle se fiait au bruit se voix de plus en plus fort desquels elle approchait. Elle était cependant loin de se douter de la surprise à laquelle elle aurait droit.

    Ce fut d'abord son instinct, ou plutôt la sensation de son aura en elle même, qui l'avertit que quelque chose n'allait pas. Elle arrivait au niveau d'un nouveau coin de couloir qui lui donnerait accès celui là au hall, ne le voyant toujours pas d'où elle était, lorsqu'une impression étrange, comme de léger suffoquement et grésillement au fond d'elle même, la fit ralentir le pas. Cette impression bizarre, subtile, elle la connaissait. Elle l'avait déjà ressentit au par-avant... Un sentiment d'hésitation s'empara d'elle, inquiète aussi. Cette impression c'était... C'était lorsque...

      " Andrew? "


    L'intonation stupéfaite dans sa voix n'eu même pas le temps de résonner car c'est à ce moment précis qu'un bruit de course folle, comme une charge, résonna au milieux de cris de stupéfactions et de peur d'élèves. Kat' n'eu le temps que de s'arrêter et de relever la tête avec surprise avant qu'un étalon blanc comme la neige, naseaux palpitant, regard fou, n'apparaisse au coin du couloir et ne fonce droit sur elle. Pas moyen de se sauver, de s'écarter. Trop tard. Il arrivait trop vite. Pas assez d'espace, pas assez de temps. Même pas assez pour réfléchir, pour comprendre ce qu'il se passait. Le cheval était sur elle, allait la percuter de plein fouet, lorsque Katsuki se jeta en avant. Katsuki... ou du moins celle qui avait été Katsuki une fraction de seconde plus tôt. Propulsé dans les airs avec la force surprenante d'un saut, planant au dessus du cheval blanc, pattes aracée, toute en muscles, en souplesses et an agilité, l'animal au pelage noir de jais toucha le sol de l'autre coté de l'étalon. Un grondement sauvage sortit de sa gorge alors que sa queue fouettant l'air, son regard d'un bleu clair acier foudroyait la foulle d'élèves qui, tétanisé, s'était arrêter en la voyant. La panthère émit un deuxième grondement, plus prononcer cette fois, tel un avertissement, dévoilant ses canines impressionnantes d'un blanc immaculé. La silhouette féline se brouilla alors, laissant apparaître les contours imprécis d'une forme de jeune femme. Stupéfaits, les élèves regardèrent Katsuki qui, planté devant eux d'un air de défi, avait toujours le même regard froid, sauvage et qui tenait à respect n'importe qui, que la panthère noire qu'elle avait été quelques instants plus tôt. La démone et la panthère. Une seule et même chose...

      " Foutez le camp. "


    Sa voix claqua, froide, sans appel. Il ne lui avait pas fallut plus de quelque secondes pour comprendre qui étaient ces élèves et quelle était la situation. C'était des curieux, des fauteurs de troubles ou de simples imbéciles qui, ayant vue passer un cheval affolé dans les couloirs, avaient vu là un bon moyen de rigoler. Ils l'avaient ensuite à coup sur prit en chasse, ce qui avait affolé l'étalon encore d'avantage. Elle ne supportait pas qu'on profite de la faiblesse des autres.

    Peu importe comment son pouvoir agissait sur les élèves présents, une chose fut sur, cela marcha. Dans l'état où elle était, elle était bien placé pour savoir ce que son aura pouvait dégager... D'autant plus avec Andrew dans les parages. Les curieux et plus peureux ne se firent pas prier et prirent leurs jambes à leurs coup. Les plus dur et ceux qui venaient de se faire ravir leur joujou de la journée hésitèrent, mais ils croisèrent le regard de Katsuki et reculèrent de quelque pas, prit d'incompréhensibles sueurs froide, avait de s'éloigner. Quelques passants dans le hall jetèrent bien encore plusieurs regard vers le couloir, curieux et interloquer par la scène et le bruit, mais sans plus. Ce n'était rien. Le tout n'avait durer que quelque instants, à peine moins d'une minute. Expéditif et efficace.

    Kat' inspira un bon coup, tentant de régularisé les ondes qui émanait d'elle. Si elle y parvenait mieux qu'avant, ce n'était toutefois pas gagner, loin de là, et surtout dans un état pareille... La jeune démone se retourna pour chercher l'étalon des yeux. Partit. Elle s'en doutait. Après le tournant qu'elle avant emprunter un peu plus tôt, le couloir s'étendait jusqu'à un cul de sac. Il n'y avait pas d'autre sortie que l'endroit où elle se trouvait et la porte donnant sur le jardin. Compte tenu du fait qu'un cheval dépourvue de main ne pouvait pas ouvrir de porte, qu'il n'était à coup sur pas retourné dans le hall où elle se trouvait, et à moins qu'il n'ai passé bord en bord d'une fenêtre... Il ne pouvait être que dans le couloir. Au pires des cas, dans l'espace clos, sans issus, mais assez vaste et calme, du jardin. La jeune démone ramassa son sac qu'elle avait laisser tombé au sol avant sa transformation et s'engagea dans la couloir, certaine que personne ne la suivait. Après avoir tourné le premier coude de couloir et apercevant le début des baie vitré donnant sur le jardin, Kat' hésita. Mais bon sang, qu'est-ce qu'il foutait en cheval celui-là? Et DANS l'école? Elle n'avait même pas eu connaissance qu'il était passé en deuxième année. Ha et puis merde! On pouvait pas le laisser comme ça?! Arff... pourquoi elle se retrouvait toujours fourré dans des histoires impossible aussi! La jeune démone s’avança lentement du deuxième coude, ne voulant pas effrayer l'animal probablement toujours en état de panique, et appela.

      " Andrew? "


    Mouai, bon... sa présence n'était pas ce qu'il y avait de plus rassurante en soi, à cause de son aura, mais pour une fois qu'elle tentait réellement d'aider quelqu'un, on allait pas faire la fine gueule! Nan mais...

        « Where the wild things are... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternal-ground.forum-actif.net/


avatar


▌Inscription : 16/01/2010
▌Messages : 140

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Melzar
Points Année: 125
MessageSujet: Re: Un étalon dans les couloirs Jeu 9 Déc - 22:01

Andrew galopait dans les couloirs, labyrinthes de cloisons et d'allées sans issue, cherchant une sortie de secours, une échappatoire à cette prison de pierres. Le bruit de ses sabots se répercutaient sur les murs pour revenir à ses oreilles, amplifié. À cela se mélangeaient quelques bruits ressemblant a des enfants qui se chamaillent.

Regardant derrière lui, il remarqua qu'un petit groupe d'élèves le poursuivait, ceux-lè même qui s'étaient approchés lorsqu'il s'était introduit dans le jardin. Plusieurs d'entre eux affichaient un petit regard mesquin, probablement des trouble-fête, tandis que d'autres semblaient simplement curieux de la situation.

Voyant cela, il se mit à paniquer: que lui feraient-il si ils le rattrapait ? Il ne voulait même pas y penser. Il en avait déjà assez de son pouvoir qui donnait le dessus aux gens sur lui, il ne voulait pas en plus quelqu'un SUR lui ...

S'affolant, il courait de plus en plus vite, rasant à chaque tournant de s'aplatir contre un mur. Surtout que sur du plancher, les sabots ça n'a pas beaucoup de traction.

Soudain, il ressentit une étrange sensation, familière et étrangère tout à la fois. Des voix malicieuses lui sussurait à l'oreille des insultes, des menaces, des horreurs plus cruelles les unes que les autres. Des serres faites d'ombre et de fumée le griffait au sang sans laisser la moindre blessure, un cauchemar tout éveillé.

Rêvait-il à tout cela ou était-ce encore la vie qui s'acharnait sur lui ? Regardant les mains maléfiques qui lui caressait dangereusement le pelage; les élèves derrière lui; les corridors sans fin se resserrer sur lui et le fait qu'il soit maintenant un cheval, la fine barrière dans son esprit entre le rêve et la réalité se fissura.

Maintenant avec l'écume sur le bord de la gueule, les yeux fous de rage et de détresse, il continuait son avancée folle à travers sa prison de pierres.

En tournant un coin, il aperçut un visage familier : Katsuki. Une fille étrange, de laquelle il n'avait que des souvenirs troubles: il mangeait du ragoût à la cafétéria pendant qu'elle dessinait. Ensuite, c'était flou ... elle voulait partir, puis Andrew se réveillait à l'infirmerie.

De la jeune demoiselle semblait émaner une sorte d'aura maléfique: plus il s'en approchait, plus les voix dans sa tête et les griffes démoniaques s'amplifiaient. Il se dit que c'était de sa faute à elle s'il devenait fou et que tout l'univers en entier s'unissait pour le punit d'avoir existé.

Une colère noire s'empara de lui, concentrée vers la jeune démone. Il chargea tête baissée vers son ennemi, pensant pouvoir au moins la blesseré Peut-être arrêterait-elle de le torturer. Tout en courant, il tenta de crier un "TOI!", mais seul un hennissement sauvage sorti de sa gorge.

Arrivé tout près de sa proie, allant donner son coup de tête triomphal, la demoiselle sauta au dessus de lui avec une agilité exceptionnelle. Regardant derrière lui, il vit qu'elle s'était transformée en fauve noir, ses crocs blancs immaculés faisaient contraste à son pelage. De ses pattes sortaient de longues griffes acérées. Derrière elle se tenaient le petit groupe d'élèves. Ils s'étaient alliés pour le martyriser !

Andrew décida qu'il était temps de changer de tactique : La fuite !
Si elle pouvait le rendre fou ET se changer en redoutable carnassier, il ne tiendrait pas long face à cette créature. Il préférait détaller plutôt que finir comme repas. Sachant que l'on peu faire du burger de cheval ... il était probablement devenu un met de choix ... il avait donc tout intérêt à se pousser très très vite.

Continuant sa lancée, il se retrouva rapidement dans un cul-de-sac constitué d'un long mur garni de portes de classe vers la droite et d'une baie vitrée vers la gauche, qui donnait sur le jardin.

Il se passa quelques instants de silences, durant lesquelles il se mit èa réfléchir plus longuement. Il se dit que katsuki l'avait peut-être oublié, tout cela c'est que du passé après tout ... Elle ne va tout de même pas être rancunière pour avoir tenté de la blesser en lui fonçant dessus ? Le silence de l'endroit semblait donner raison à son hypothèse. Il lâcha un soupir de soulagement.

-"Andrew ?"

Ce mot brisa le silence comme l'on brise un petit cochon de porcelaine. Andrew pris de panique regarda à l'entour et mesura ses chances de survie. Regardant à travers les fenêtres des portes de classe, elles menaient toutes à des cul-de-sac, encore plus sans issue que dans lequel il était. Il aurait bien pu s'y cacher, si seulement sa seule option d'ouvrir une porte n'était pas de la défoncer.

Des bruits de pas résonnèrent dans le couloir. Lentement, mais sûrement, le prédateur se rapprochait de sa proie. Le coeur de l'étalon battait maintenant la chamade. Elle allait le trouver et le dévorer, c'était certain. Si il n'était pas encore mort, c'est parce qu'elle voulait jouer avec sa nourriture avant de la tuer. Certains préfèrent la sauce barbecue, d'autres un cocktail de peur et d'agonie.

Haletant lourdement, il regarda le couloir par lequel il était venu et le jugea trop risqué. Après tout, la chasseuse était là, avançant vers son futur repas. Il ne restait donc que la baie vitrée.

Regardant son reflet dans le verre, il recula autant qu'il pu et fonça vers une éventuelle catastrophe. Le verre se brisa dans un tintamarre au passage d'Andrew, non sans laisser de marque sur le corps de l'animal.

Des quelques coupures sur le museau et sur la tête, le sang coulait dans un de ses yeux. Le reste du corps avait bien encaissé l'impact, sauf pour le mollet gauche. Il ne pouvait maintenant plus galloper, courir vers une échappatoire, il destin lui avait bloqué le chemin. Il ne pouvait que tituber vers une fin imminente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un étalon dans les couloirs

Revenir en haut Aller en bas

Un étalon dans les couloirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aslways :: « Le hall -
Sauter vers:

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit