AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Katsuki Ayakö » Damn Demon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar


▌Inscription : 03/08/2009
▌Messages : 1493
▌PUF : Aki'
▌Âge : 25
▌Where : In my head!
▌Humeur : Ca te regarde peut-être??? xD

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Noire
Points Année: 0
MessageSujet: Katsuki Ayakö » Damn Demon Ven 19 Nov - 23:41











« Confidentiel ~ »





    « Katsuki Ayakö »



      Âge ;17 ans, née le 24 Octobre


      Signe Zodiacal ; Scorpion


      Sexe ; Féminin


      Nationalité ; Japonaise, originaire d'Osaka


      Race ; Démone


      Orientation sexuelle ; Hétérosexuelle





    « Tell us something »


    You, you and you !


    Pseudo ; Aki'

    Code règlement ; [ OK ]

    Code histoire ; [ Non, c'est bien ça o/ ]

    Comment as-tu connu le forum ? ;Sais plus xD Mémoire de poisson rouge -_-'

    Autres choses ? ; Bha... J'vous aime quoi^^








    « Caractéristiques ~ »






    Physique


    Elle à toujours été très fine de taille ainsi que de très petite taille, même si elle n’a jamais vraiment porté attention à ce qu’elle mangeait ou non. Elle porte ses cheveux noirs d’encre très court, ébouriffé en pointes tout autour de sa tête. D’ailleurs ceux-ci sont rarement en ordre, ce qui ajoute à son allure rebelle et désinvolte. Ses yeux sont d’un gris clair sans autres teintes de couleurs.
    Même si elle parait chétive et fragile, il ne faut pas se fier aux apparences. En plus de son caractère bouillant, elle sais très bien se défendre, et si elle n’est pas la plus forte ou quoi que ce soit, elle vous donnera tout de même du fil à retordre, étant donné ses entraînements intensif aux arts martiaux depuis qu’elle est toute petite.
    Malgré sa négligence, Katsuki à tout de même son charme. Elle attire les regard, mais cette attention de la part des hommes la révulse. Elle est un vrai garçon manqué, et son habillement en découd. Robe, talons haut, maquillage et tout ces truc féminin ne font pas parti de son vocabulaire, ni de sa vie. Elle les trouve particulièrement superficiel et inutile.





    Mental


    “ J’t’ais pas sonné, ta gueule “ ou ses fameux “ Rien à fouttre “ vont inévitablement de paire avec elle. Armé d’un caractère très fort, elle ne plie pas, ou du moins très rarement, devant l’autorité ou les menaces. Téméraire à en être dangereusement suicidaire, on dirait qu’elle ne connaît pas la peur, et elle restera droit comme une barre de fer, une expression de défi sur le visage, même face à quelqu’un dix fois plus grand, gros et fort qu’elle. Elle n’est pas du genre qu’on embête, sous peine d’être chiper à Hong Kong sous l’effet de la tempête sur patte qu’est la colérique miss Katsuki! Sarcastique jusqu’aux bouts des ongles lorsque le temps lui permet, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense franchement, et le tact ne semble pas avoir jamais fait partie de sa vie! Elle à la mèche courte, et vaux mieux éviter l’explosion!
    On la dit garçon manqué, vue sa désinvolte, son intérêt marqué pour les arts du combats, ainsi que les nombreuse bataille dans lesquelles elle ne finit pas d’être embarqué… et aussi par sa répulsion pour les truc de fille tel le magasinage, les ragots, le maquillage et même l’apparence toute entière.
    Solitaire, les autres préfèrent l’éviter, et c’est très bien ainsi. Elle laisse très peu les gens s’approcher d’elle, si ce n’est pas du tout. Elle semble indifférente à tout ce qui se passe autour d’elle, tant que cela ne vienne pas l’offenser personnellement. En réalité, elle fait tout cela pour que personne ne s’approche d’elle. Que personne ne s’attache à elle. Et plus elle est seule et sombre dans l’oublie, mieux c’est. Elle est du genre de personne qui, au jour de leurs morts, le plus grand malheur qui puisse lui arriver soit que quelqu’un pleure pour elle. Et question malheur… elle connaît. Même bien plus que nécessaire. Étant un vrai aimant à catastrophe en tout genre.
    Pourtant, elle n’hésite pas à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, envers et contre tous. Elle déteste par dessus tout ceux qui usent de leurs pouvoirs ou de leurs supériorité et autorité pour persécuter les plus faibles. Loin d’être une justicière, les fois où elle prend la défense de ces gens plus faible, qui soit dit en passant finit souvent à coup de poings, se retourne souvent contre elle et elle obtient l’effet contraire à celui voulut. Autre chose la faisant rager, le sexisme, ceux faisant mal aux autres par plaisir, et surtout qu’on lui parle de son passé. Vous pouvez être sur, qu’a l’abordage de l’un de ces sujet, vous déclencherez automatiquement une vrai tempête.
    Ca, c’est ce que vous voyez d’elle. Une jeune fille forte de caractère, vraie rebelle marginale, toujours engagé dans une ou une autre bataille, ne souriant quasiment jamais. Mais au fond d’elle même, caché à tout les regards, une tristesse et une solitude infinie ne cesse de la ronger. Hanter par les fantômes du passé ne cessant de revenir la hanter, lutant jour et nuit contre les pulsion noirs qui battent dans son cœur, réfrènent sa vraie nature. Celle qu’elle déteste le plus au monde… c’est elle même.


    Manies & loisirs


    Manie & Tics » Il faut toujours qu’elle joue avec quelque chose entre ses doigts. Tambouriner avec un crayon, arracher des bouts de papiers ou de la pelouse, ou encor taponner un coin de manche trop longue, une mèche de cheveux un cordon ou une fermeture éclaire. Cela peut passer pour de l’hyper activité, mais c’est plutôt une constante anxiété et nervosité caché qui lui donne ce tic, Puisque elle appréhende toujours la prochaine catastrophe à s’abattre autour d’elle.

    Passions » Ses principales passions d'avant furent les arts martiaux. Ils lui permettait de défouler toute sa haine, rage, tristesse et colère refoulé. Rare sont les jours où elle ne s’entrait pas d’ailleurs. Et plus ça allait mal pour elle, plus elle s’entraînait. Cependant, avec son arrivé à Aslways, elle à du cesser ses pratiques, à défaut d'avoir un endroit ou les faire. Elle à remplacer ses entrainement d'art du combat par la course.
    La musique aussi est une passion. Elle ne joue d’aucun instrument, mais est une vraie mégalomane. Comme elle ne communique jamais ses sentiments, le meilleur moyen de savoir comment elle se sent est bel et bien de se fier à la musique qu’elle écoute, qui va au même rythme que ses états d’âme.
    Étonnant tout de même, le dessin est également une passion qui lui vient naturellement. Peut-être même plus que toute les autres. Encor une fois puisqu’elle s’exprime peu, elle évacue ce qu’elle vit et ressent en image. Pourtant peu savent son talent et son intérêt pour cet art. On ne lui devinerais pas, et elle ne laisse d’ailleurs personne voir ces croquis. Ils font partie d’elle et de la face caché de son être. Pratiquement toujours, son cartable avec ses feuilles à dessins et ses feuilles la suivent partout.









    « Le passé, le présent et l'avenir ~ »





    « La vie mérite d'être vécue »


    Story



    Il y a 17 ans, dans un petit village du peuple pauvre en banlieue d’Osaka, au Japon, alors qu’Octobre tirait à sa fin, est née une petite fille nommée Katsuki Ayakö. Mais, au contraire de beaucoup d’enfant, ce bébé était loin d’être voulu ainsi. Et sa vie, même avant d’avoir commencer, avait déjà l’odeur de l’enfer.

    Son père se nommait Shinji Ayakö, et sa mère Asaki Ayakö. Avant la naissance de Katsuki, même s’ils étaient loin d’être riche, le couple de marchands vivaient heureux, et leurs mariage était d’amour. Lorsqu’ils apprirent qu’Asaki était enceinte, une grande joie les envahirent tout deux. Mais c’est également à ce moment que tout commença à changé.
    Asaki allait de moins en moins bien, souffrant de malaise et de faiblesse. Aucun médecin n’arrivait à dire ce qu’elle avait. Elle ne souffrait d’aucune maladie, et l’enfant se portait au mieux. Pourtant, la santé et les forces d’Asaki ne cessaient de faiblir. Les affaires commencèrent également à mal se passer. Les passants levaient le nez sur leurs marchandises, et beaucoup évitaient même l’endroit où se trouvait leurs kiosque, là où Asaki continue de vendre leurs produits. Bientôt, ils durent vendre leurs petite maison pour aller vivre en haut d’un commerce, dans un petit appartement désaffecté, et n’eurent même plus assez d’argent pour envoyer Asaki voir un médecin.
    Il était clair que la situation de plus en plus grave de la jeune femme était du à l’enfant qu’elle portait. Et si Shinji fit tout pour la convaincre de faire appèle à une faiseuse d’ange, Asaki ne voulut rien savoir. Pourtant, la mise au monde de son enfant faillit lui coûter la vie. Mais Asaki l’aimait de tout son cœur, et lui donna le nom de l’espoir et de la réussite. Et ce, même si les choses n’allèrent pas en s’améliorant, bien au contraire…

    Katsuki revenait de l’école, encor une fois, seule. Son regard gris clair fixant le trottoir défilant sous ses pied, n’ayant même pas besoin de lever la tête pour savoir que les passants l’évitaient tous en faisant de grands détours autour d’elle, ou simplement en changeant de bord de trottoir. C’était le même scénario depuis toujours. Tous préféraient l’éviter, même ceux qui ne la connaissait pas. Les gens n’étaient pas bien en sa présence. Et elle c’était toujours posé la question du pourquoi, sans jamais y trouvé de réponse.
    Âgé de 6 ans, la fillette finit par arrivé devant le petit magasin de brocante, s’arrêta et leva la tête vers l’appartement situé en haut de celui-ci. Inspirant profondément, elle ferma les yeux, baissa de nouveau la tête et se dirigea vers l’arrière de la battisse, là où elle emprunta les escaliers menant à l’étage. Elle entrouvrit la porte, tentant de faire le moins de bruit possible et jeta un coup d’œil à l’intérieur. L’appartement était désert. Soupirant de soulagement, la fillette ouvrit la porte et entra. Elle se dirigea vers sa chambre, balança son sac sur son lit et s’assis en indien sur ce dernier. Dans la petite pièce, il n’y avait assez de place que pour un petit meuble, une table de chevet et le petit lit sur lequel elle était assise. Levant la tête vers la fenêtre donnant sur la rue en contre bas, Katsuki guetta le retour de ses parents, comme à chaque soir, serrant le bas de son chandail à deux mains et se mordillant la lèvre inférieur.

    Ces scénarios se prolongèrent longtemps, dans l’incompréhension. L’attente interminable de son retour à la maison pour échapper aux regards et aux méchanceté et moqueries des autres élèves. Puis l’attente du retour de ses parents, dans l’interminable angoisse, entendre les engueulades, se faire blâmer de leurs misères puis se faire battre pour un oui pour un non. Sa vie se résumait à cela, jusqu'à ce qu’elle commence à se rebeller.

    De toute son enfance passé à subir et encaissé sans mot dire, elle se forgea un caractère d’acier. Ainsi, elle se retrouvait désormais presque à tout les jours prise dans des batailles avec les jeunes de son age, et même de plus vieux. Pour seule passion et moyen de se défouler, elle avait les arts martiaux, qu’elle commença à apprendre très jeune à l’école, puis peaufina ses techniques seule chez elle. Cela lui fut d’ailleurs d’une grande utilité lors de ses seuls échange avec d’autres jeunes…
    De soumisse, elle devint carrément rebelle. Si les autres ne voulaient pas d’elle, alors c’était tant pis pour eux! Elle n’en ferais qu’a sa tête. Drogues et bagarre de rue devinrent bientôt coutume pour la jeune Katsuki, alors âgé de 15 ans. Et sa réputation de fille à éviter, déjà bien encré dans la tête des gens, ne fit que s’accentuer.

    Mais le vrai problème, c’était chez elle…
    La seule et unique personne au monde qui n’avait pas peur de s’approcher d’elle et l’aimait était sa mère. Cette dernière ne c’était pourtant jamais remis du mal qui l’avait gagné durant sa grossesse. Toute deux n’en avaient aucunement conscience, mais plus elle passait de temps auprès de sa fille, plus son état empirait. Et comme Katsuki n’avait qu’Asaki dans la vie…
    Ses parents avaient tout perdu. Argent, réputation, maison, commerce… Sa mère se mourrait un peu plus chaque jours, et son père était devenu avec le temp de plus en plus colérique et violent. Il ne se passait pas une journées sans qu’il pète un câble et se mette à engueulé qui qu’onques à proximité pour un oui pour un non, à la minute à Katsuki était dans les parages. Ce n’était pas un secret pour personne, ce qui déclenchait la colère Shinji, c’était sa fille. Il la tenait responsable de tout leurs malheur, ainsi que de la situation de sa femme. Il ne pouvait même pas savoir à quel point il avait raison… Mais à l’époque, personne n’en avait réellement conscience.

    Dans l’esprit de la jeune fille, tout n’était que noirceur. Sa seule lumière était sa mère, et on la blâmait pour sa situation. Lorsque depuis toujours, on vous incruste quelque chose dans la tête, vous blâmant pour tout, alors vous finissez par y croire. Vous finissez par vous dire que c’est réellement votre faute. Et c’est pour cela que Katsuki ne pu se rebeller contre son père. Car dans un sens, elle croyait en ses accusations. Croyait que se faire battre chaque soir était ce qu’elle méritait.
    De se père, elle en avait peur. C’est peut-être la seule personne au monde qui pu donner ce sentiment à la jeune fille. Et c’est par cette peur sourde qui déclencha en elle quelque chose qu’elle n’aurait jamais soupçonner que sa vie commença à changé.
    À la première manifestation de ses pouvoir, lorsqu’elle disparut dans les ombres pour échapper à une énième crise de colère de son père, ce qu’elle avait toujours su intérieurement se matérialisa. Elle était différente. Pas seulement en terme d’individualité, non… Elle n’était comme personne. Toute ces choses étranges autour d’elle, le malheur qu’elle répandait autour d’elle comme un aura maudit, ce pouvoir étrange… Tout ça ne pouvait être normal. À en devenir folle. Folle de culpabilité. Folle à ne rien comprendre. Folle à encaissé toute la haine du monde. Folle d’un mal de vivre trop profondément encré en elle pour pouvoir un jour disparaître.

    Et comme si ce n’étais pas assez, la suite de sa vie ne fit que s’aggraver.



    « Maman, je suis rentrer! »

    Katsuki referma la porte derrière, lançant son sac sur la table et se dirigeant vers la lavabo de la petite cuisine de leurs appartement. Elle ouvrit le robinet et fit couler de l’eau sur sa blessure toute fraîche sur la main. Juste avant d’arrivé, elle avait croisé une bande de trois garçon. Lorsqu’ils l’avaient vue, l’un d’eux l’avait reconnut comme étant celle qui lui avait mit une raclé quelques jours plus tôt. À vrai dire, elle n’avait aucun souvenir de ce gars là et s’en foutait pas mal. Mais son petit orgueil avait été salit par une fille, et ça, ça avait l’air de lui peser gros sur la conscience. Il l’avait interpellé, elle avait continuer son chemin, totalement indifférente. Il l’avait rattraper, empoigner par le bras et plaqué contre la clôture du bord de la route. En deux mouvements, elle lui ramena son coude en plein visage, et d’un coup de pied, l’envoya se plaindre au sol. Les deux autres garçon lui sautèrent dessus. Elle eu plus de difficulté à se débarrassé d’eux, et c’est là qu’elle fut blessé. Enfin bref, elle avait finit par faire fuir le dernier à être encor debout, la queue entre les jambes avant de rentrer chez elle. C’était devenu une habitude…
    Fermant le robinet, elle entendit des pas derrière elle. Fronçant les sourcils, elle se retourna.

    « Maman, tu ne devrais pas te le… »

    Ce n’étais pas sa mère, mais son père. Imposant de toute sa hauteur et carrure, il se tenait dans le cadre de la porte, son regard noir contenant une colère sourde contenu posé sur elle. Katsuki qui connaissait ce regard serra les dents. Quel allait être son motif cette fois pour lever la main sur elle?
    Un silence plana un long moment dans la petite pièce, jusqu'à ce que Shinji prenne la parole, crachant entre ses dents :

    « C’est ta faute… Tout ça c’est ta faute et tu vas payer… »

    Quelque chose était différent dans sa voix. Quelque chose d’encor pire que d’habitude, et cela lui fit froid dans le dos. Elle ouvrit la bouche pour parler, il ne lui en laissa pas le temp.

    « Asaki était tout ce que j’avais… C’est de ta faute, de ta faute… »

    Comme une alarme, ses paroles résonnèrent avec force et fatalité dans sa tête, lui glacent le sang. Elle ouvrit les yeux en grand. Non… elle devait avoir mal comprit. Mais alors pourquoi ce malaise à l’intérieur d’elle. Pourquoi cette peur panique?

    « Maman! »

    La jeune fille se rua en avant, bousculant son père au passage, n’ayant rien à faire de ce qu’il lui ferais subir pour ça. Elle se rua à travers l’appartement, vers la chambre de sa mère, et se figea d’effroi dans l’entrebâillement de la porte.

    « Non… »

    Reposant, inerte, blanche comme un cadavre, Asaki reposait sur le dos, les yeux fermé pour toujours. Finalement, le mal inconnus qui la rongeait depuis tant d’années l’avait emporté. Katsuki sentit sa tête tourné et son corps défaillir. Tant d’images, de douce paroles et de geste défilaient à toute vitesse dans sa tête. C’était inconcevable. Non, pas elle… pas elle! Sa mère ne pouvait pas être… morte. Sa seule lumière. La seule personne qui ai jamais porté un regard autre qu’haineux ou négatif sur elle. La seule qui ai cru en elle… La seule personne qui l’ai aimé, et qu’elle ai aimé, de toute sa vie.
    Elle se mit à trembler de tout ses membres, puis tomba à genoux en rejetant la tête vers l’arrière, hurlant une douleur indescriptible, les larmes de peine et de rage coulant sur ses joues sans qu’elle tente de les retenir.

    « NON!!! »

    Son troisième pouvoir prit alors forme.
    Tout autour d’elle, l’air commença à ce chargé d’électricité. Et plus elle criait, plus elle pleurait et avait mal, plus cette bulle d’électricité augmentait d’intensité autour d’elle. Sa douleur semblait sans fond… Tout les objets autour d’elle se mirent à tremblé. Les plus fragiles éclatèrent sous la pression. Un vent électrique fit voler les papiers et les rideaux en cahot dans la pièce. Elle hurla encor, inconsciente de ce pouvoir, ne contrôlant de toute façon aucunement ces effet. Elle entendit au loin son père hurler de peur. Toute la bâtisse tremblait. Puis il y eu une détonation, alors que ses larmes redoublait et que sa douleur atteint un seuil incontrôlable, insupportable. Puis plus rien. Le noir. Le néant.

    Lorsqu’elle rouvrit les yeux, elle était couché sur le coté, jeter sur la banquette arrière d’une voiture, les bras attaché dans le dos, une horrible odeur de brûler lui lacérant le nez et la gorge. Tentant de se redressé et d’écarté la brume qui engourdissait son esprit, elle jeta des regard autour d’elle. La nuit était tombé et ils roulaient à pleine vitesse sur une grande route. Ils? Oui, elle et quelqu’un d’autre. Une homme conduisait la voiture. Son père.

    « Qu’est-ce que… »

    Elle avait murmuré et son père avait tressaillit et tourné la tête vers elle.

    « Un monstre… tu es un monstre! Un démon! Tu as gâché ma vie, détruit tout ce que j’aimais! Mais tu vas voir… tu va payer, et bientôt. Bientôt… »

    Il était comme fou. Ses yeux étaient injecté de sang et sa voix disait clairement que l’homme était devenu fou. Dans la lumière d’un réverbère qu’ils croisèrent, Katsuki vif qu’il était complètement brûlé sur le coté gauche de son visage. Bon sang qu’est-ce qui c’était passé!?

    « Maman… où est maman?! »

    « Ta gueule! Je t’interdis de l’appeler ainsi! Tu n’es pas notre fille… elle à essayer de se le persuader toute sa foutue vie jusqu'à en crevé! Mais non… non tu n’es pas notre fille… Tu est la fille du diable! Et maintenant je te retourne aux enfer… »

    Katsuki frémit, sentant un énorme trou béant en elle. Un froid glacial l’envahir. Elle n’avait plus de chaleurs en ce monde. Son unique chandelle venait de s’éteindre, et elle sentait désormais un gouffre s’ouvrir devant elle. Son père l’y traînait de force, sans qu’elle puisse faire quoi que ce soit.
    Puis il entrèrent dans une ville, allant dans des cartiers qui lui était inconnus, puis son père immobilisa le véhicule derrière une séries d’immeuble où même la nuit, les rues étaient bondé et les bâtisses affichant leurs lumières. Il la saisit par le bras et l’entraîna à l’intérieur. Quelques hommes et femmes se retournèrent sur leurs passage avant de retourné à leurs affaires. Entrant dans une salle vide, il la jeta au sol, lui jeta un regard haineux et ces dernières paroles avant de tourner les talons et claquer la porte derrière lui.

    « Puisse tu crevé en enfer! »

    La porte se referma à clef, la laissant seule avec sa douleur, sa peine et son incompréhension. N’ayant aucune idée que Shinji venait de vendre sa fille unique de 16 ans à des trafiquants de prostitution juvénile…
    Elle ne pu s’en douter que lorsqu’un homme entra dans la pièce, un léger sourire sadique et amusé aux lèvres… Dans ces cas là, se débattre, crier, prier le ciel… rien n’est utile. Tout n’est que futilité. Elle l’apprit à ses dépends. Mais lorsqu’il la laissa, encor une fois seule, plus blessé que jamais, ses vêtements en lambeaux à moitié nue, quelque chose se déclencha dans sa tête. Tel un feux sauvage, une rage sourde s’empara d’elle.
    Katsuki défonça la porte et courut a l’endroit où des voix lui parvenaient. Dos à elle, recevant de gros paquets d’argents, son père était toujours là. Elle se rua sur lui. Le faisant pivoter vers elle, elle l’attrapa à deux mains au col et le plaqua au mur dans les cris apeuré et étonné des autres personnes présente. Le visage surprit et tout aussi apeuré de Shinji se heurta au spectacle de haine, de rage et de douleur du visage de sa fille, ce qui le fit blêmir encor d’avantage.

    « Tu crois que j’ai demander :a venir au monde, hein? C’est CA que tu crois??? Tu crois que j’ai voulut sa mort, que j’ai souhaiter lui faire du mal!? »

    elle lui cracha cela au visage, ne contenant plus aucunement sa rage, et commencent à sentir l’air se remplir d’électricité. Mais elle n’en avait rien à faire. Son père se débattit, tentant de lui échapper. Elle le jeta au sol et l’envoya d’un coup de pied rouler dehors. Entendant la porte se refermé à toute vitesse derrière eux, elle se retrouva seule avec lui, dans le stationnement désert de l’arrière du bâtiment.

    « Je te aïs! Tu ne m’a jamais aimé alors que moi j’ai tout fait pour te faire plaisir! Peut tu me dire une seule fois où j’ai pu causer tout les malheur dont tu m’accuse? Dit moi ce que j’ai fait! Dit le moi!!! »

    Tremblant et reculant en rampant sur le sol, Shinji transpirait à grosse goutte.

    « Tu est un démon!!! Tu attire le mal autour de toi! Ne t’approche pas de moi!! »

    Katsuki serra d’avantage les poings. Il disait la vérité, elle le savais désormais… mais cela ne fesait qu’augmenter la douleur à sa blessure.

    « Tu crois que j’aurais tuer maman? Tu crois que c’est ma faute!? »

    « C’est ta faute! Depuis le jours ou tu à été conçut, les malheurs ce sont abattus sur nous! Tu n’est que malheur et n’a jamais apporté que malheur!! Tu à rendu ta même malade, tu m’a rendu fou! J’ai toujours su que tu était quelque chose de mauvais! Tu est une démoneet aujourd’hui j’en ai eu la preuve! »

    « Quoi?! »

    « Je t’ai percé à jour! Je t’ai démasqué démone!! Ha ha!! Tu est maudite, et utilise une magie maudite! Tu as détruite notre maison! Tu à brûlé le corps d’Asaki pour ne pas qu’on ai de preuves hein? C’est ça!! Je le savais! Sale démone!! »

    Elle en resta pétrifier. Elle avait fait… quoi? Cette énergie bizarre qu’elle avait dégagé… Était-ce possible? Elle se mit à avoir de la difficulté à respirer et sa tête à lui tourné. Elle ne comprenait plus rien. Se prenant la tête à deux mains, elle serra les dents.

    « Non… non je n’ai rien fait… »

    « Ha! Ha! Ha! Alors? Comment tu as trouvé l’enfer démone? TU y resteras toujours, j’espère que t’as aimé! Ha! Ha! Les démons doivent être où est leurs place, en enfer!!! »

    « Non!!! »

    La colère et la rage de tout à l’heur reprit le dessus, comme une personne à part entière prenant le contrôle de Katsuki, et l’énergie électrique recommença :a foudroyer tout autour d’elle.

    « Je ne l’ai pas tuer!! JE NE L’AI PAS TUER!!! »

    Son père se mit à hurler de peur et de douleur. La sphère d’énergie électrique continuant à grossire à vue d’œil.

    « C’est de ta faute à TOI!!! Tu ne m’a jamais donné la moindre chance!!! Pourquoi tu as fait ca?? POURQUOI? POURQUOI!!?? »

    Il y eu un hurlement de douleur, une sorte d’explosion, puis un silence plat, alors que Katsuki sentait ses jambes défaillir sous elle. Essoufflé et à bout de force, elle sentit l’entité de rage la quitter, et il ne resta plus d’elle qu’épuisement, désespoir et douleur. Elle tenta de se redressé, s’appuyant au sol froid avec ses mains, et leva la tête vers son père. Et ce qu’elle vit l’horrifia. Il avait été calciné. Ne restant plus de lui qu’une masse brûlé que le vie avait quitter. Elle l’avait… tuer…

    Durant les 4 mois qui suivirent, Katsuki erra sans réelle but à travers les rues de la ville après avoir passé deux semaines de captivité dans la maison de prostitution puis s’être évader. Se maudissant et s’éteignant un peu plus chaque jours. Elle était tout ce qu’elle détestait. Un monstre… Une démone… Elle était responsable de la mort de sa mère et de son père. De toute la misère que les seuls personne qu’elle aimait avait subi. Elle était un danger, une menace. Personne ne voulait d’elle, et chaque personne qui s’approchait d’elle vivait des malheur.
    Décidant que plus jamais elle ne ferais souffrir personne, elle créa un vide autour d’elle. Un vide infranchissable, de solitude et d’impassibilité. Haïssant son être tout entier, et choisissant de se faire rejeter encor plus par les autres, intentionnellement, pour leurs éviter le moindre malheur causé par elle.
    Puis, ses pas la menèrent vers un endroit où quelques unes de ses questions trouvèrent réponses. Aslways. Pourtant, ces réponses ne firent qu’amplifier la douleur de la culpabilité qui l’envahissait. Elle intégra l’école de cette ville, sans eéellement en avoir fait le choix. Elle c’étiat toujours cherché un but, une place dans ce monde, sans jamais le trouvé. Inconsciament, elle continue à la cherché, même si elle préfèrerais la mort… Mais maintenant là voilà, dans ce monde parallèle à celui qu’elle à toujours connut.

    Voici l’histoire de Katsuki Ayakö.
    Une parmi tant d’autre. Pire que certains. Moindre que d’autres.
    C’était l’histoire d’une âme qui n’as plus qu’un seul souhait, mettre fin à son existence pour cesser le mal qu’elle propage…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternal-ground.forum-actif.net/


avatar
~ Dieu


▌Inscription : 19/07/2009
▌Messages : 1178
▌PUF : Dieu 8D
▌Âge : 23
▌Where : Saint - Polycarpe 8D
▌Humeur : Ah bah ça, faut venir voir pour savoir <3

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): /
Points Année: 75
MessageSujet: Re: Katsuki Ayakö » Damn Demon Sam 20 Nov - 12:20

J'ai validé les codes o/
Reste plus qu'à attendre qu'un admin passe et valide le reste, mais ça devrait pas poser de soucis

________________



Up is down ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


▌Inscription : 03/08/2009
▌Messages : 1493
▌PUF : Aki'
▌Âge : 25
▌Where : In my head!
▌Humeur : Ca te regarde peut-être??? xD

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Noire
Points Année: 0
MessageSujet: Re: Katsuki Ayakö » Damn Demon Sam 20 Nov - 18:16

    Tank's!
    Surtout que c'est du copier coller de l'ancienne fiche xD Je vais aller relater son histoire à Aslways au Diaries si je trouve le temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternal-ground.forum-actif.net/


avatar


▌Inscription : 05/07/2008
▌Messages : 1351
▌PUF : Bloum Milk / Tagada Bloumy / Milka Lun'
▌Âge : 25
▌Where : In WONDERLAND
▌Humeur : Joviale

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Blanche
Points Année: //
MessageSujet: Re: Katsuki Ayakö » Damn Demon Sam 20 Nov - 18:46

Bon bas j'ai pas grand chose à dire xD
Validé =)

________________





Loish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Katsuki Ayakö » Damn Demon

Revenir en haut Aller en bas

Katsuki Ayakö » Damn Demon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aslways :: « Validés-
Sauter vers:

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit