AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

You Will see an other world ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar


▌Inscription : 13/12/2009
▌Messages : 67
▌PUF : =) Bloum Milk
▌Âge : 25
▌Humeur : =p

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): //
Points Année: 0
MessageSujet: You Will see an other world ♠ Mar 16 Nov - 20:11











« Confidentiel ~ »





    «William Harrisson »



      Âge ; 3 aout1948 ( 17 ans, age de transformation en Vampire, Age physique)


      Signe Zodiacal ; Lion


      Sexe ; Masculin

      Nationalité ; Britannique


      Race ; Vampire


      Orientation sexuelle ; Bi (Parce que tout les vampires sont bi, c'est obligé xD)





    « Tell us something »


    You, you and you !


    Pseudo ; B M

    Code règlement ; ...

    Code histoire ; ...

    Comment as-tu connu le forum ? ; : )

    Autres choses ? ; ( "C'est mon dernier mot, JP !" )








    « Caractéristiques ~ »






    Physique


    Avez vous déjà vu un vampire ? Non, vous êtes humains et en vie, vous ne pouvez pas avoir vu un vampire, ou alors vous en avez vu un, il vous a semblé bizarre, mais ça ne vous a pas choqué plus que ça.
    William est blond, malgré la couleur artificielle de ses cheveux. Il a des yeux vert, gis. Jusque là tout semble normal vous me direz. Les vampires ont un teint pale parfait, et William n'échappe pas à la règle. Lorsqu'il boit du sang, comme tout vampire, sa peau devient plus colorée, et chaude (enfin disons qu'elle revient à 37° -36°, mais en général la température baisse beaucoup au fil des heures pour arriver à température ambiante).

    William à une taille normale pour un adolescent de son age, peut être est il plus petit que les autres ? Ça ce peut, les enfants qui sont nés ressemant sont de plus en plus grand. N'oublions pas que William est né en 1948.

    Ses vêtements sont généralement à la mode (le style rock est un style qui ne se démode pas). Il fut obligé d'essayer des vêtements « classe » à cause de Megan, ça lui allait bien, c'est même elle qui l'a dit, mais c'était pas sa tasse de thé, si on peu dire ça comme ça. L'effet bourge ça lui plait pas tant que ça.





    Mental


    Son plus grand défaut c'est peut être d'être un peu du genre à démarrer au quart de tour. Il s'énerve vite, et souvent pour pas grand chose. Il est simple; il ne se prend pas pour une personne supérieure ou on ne pourrait savoir quoi d'autre, par contre il pourrait très vite en énerver plus d'un à cause de son coté je-m'en-fou-tiste. Il se fiche de ce que l'on pourrait penser de lui, il se fiche des ordres que l'on pourrait lui donner. Ça fait un bon moment qu'il n'a plus mis les pieds dans une salle de classe ... Les premières journées de cours à Aslways risquent d'être folkloriques.
    William, comme tout les vampires, a une certaine présence quand il rentre dans une pièce, qui ne passe généralement pas inaperçue. Il est aussi très charismatique, bien qu'au premier abord il puisse sembler cynique, voir exaspérant, tout dépend à quel degrés on prend son humour.
    Malgré son petit coté désagréable, c'est un garçon plutôt sympa qui aime bien s'amuser avec les autres, et à force du temps peut être que vous arriverez même à trouver en sa compagnie, quelque chose de réconfortant ( sauf si l'envie lui prend de vous mordre ... Ce qui arrivera sans doute souvent ... Jeune vampire oblige). William sait écouter les gens, les réconforter, garder un secret, bref il a presque tout au niveau du caractère du bon ami ( sauf quand il a faim ... Il sera plutôt du genre à essayer de se contrôler pour éviter de boire encore le sang de son ami(e).)


    Manies & loisirs


    Des manies ? Non ! ...Enfin peut être quand on réfléchie bien. Il a toujours cette sale manie de fixer les gens sans vraiment s'en rendre compte. Ça peut être gênant pour les personnes concernées, et ça entraine bien souvent des mal entendues...

    Des passions ? La méchanceté, le sang, ça en fait partie ? Non ... Bon xD Sérieusement, disons que William aime bien lire, regarder des films, se nourrir, découvrir de nouvelles choses (sans passer par l'école xD), se nourrir ... Il aime bien boire du sang quand même : )









    « Le passé, le présent et l'avenir ~ »





    « La vie mérite d'être vécue »


    Story


    New Romney, 1965


    Mi mineur, Fa mineur, Si bémol, Sol ... Le batteur semblait suivre le rythme, le guitariste aussi. Pourquoi y avait il des notes ça et là qui ne trouvaient pas leur place parmi la mélodie ? Pourquoi devenait elle en dèsharmonie ?
    Le guitariste et chanteur, Andrew, s'arrêta net et jeta un regard noir envers le bassiste qui ne semblait pas s'être aperçut que la guitare avait cessé de produire un quelconque son. Le batteur aussi s'était arrêté un temps après le guitariste. On entendait plus que le sourd son de la basse. Elle ne semblait même pas accordée, et sonnait donc terriblement faux.

    « Will' tu vas pas nous faire le coup à chaque fois ! Bon sang c'est pas la première qui te lâche au bout de trois jours, fait un effort merde ! »

    William serra les points, et répliqua presque aussitôt.

    « C'est sur que toi tu n'as jamais connu ça, elles te lâchaient toutes au bout de trois heures. »
    « Peut être mais moi j'arrive pas à une répet' avec mes potes en ayant pas accordé ma guitare. »

    Le batteur, Kerwan, en voyant que les paroles des deux garçons s'envenimaient de plus en plus, se leva et alla les séparer, le regard las.

    « Vous avez l'air ridicule à force les gars. »

    William les regardait d'un regard noir. Il débrancha sa basse de l'emplit, et la rangea dans son étui. Il la pris sur son épaule, pris sa veste puis pris la direction de la porte du garage. Andrew lui cria, d'un air antipathique, d'arrêter de se comporter comme une fille et de revenir. William se retourna vivement. C'était pas vraiment l'envie qu'il lui manquait de le frapper, mais il se résigna à le faire, par respect pour le groupe. Il soupira et passa la porte en disant un simple mot au deux autres garçons, laissant penser que le lendemain, ils le reverraient, sans doute de meilleure humeur.


    La porte claqua dans un bruit sourd. Un doux bonsoir se perdit dans l'air. Les marches furent montées à toutes allure. Une deuxième porte claqua, dans un bruit beaucoup plus léger que la précédente. L'adolescent posa son instrument dans un coin de la chambre, et se laissa tomber lourdement sur le lit.
    Il regarda le plafond fixement, pensant à toutes choses n'ayant pas forcément de rapport les unes par rapport aux autres.
    Il n'entendit pas la porte s'entrouvrir doucement. Il ne sentit que la chose s'appuyer sur le bord de son lit. Cette chose, c'était Molly, sa petite sœur. Elle avait 5 ans, elle était blonde platine, ce qui laissait forcément entendre que Will était lui aussi blond. Ses parents l'étaient tout les deux, et il n'avait été en aucun cas adopter. Sa couleur noire virant quelque peu au rouge était totalement artificielle.

    La fillette le regarda tout sourire, et monta finalement sur le lit au coté de son ainé. Celui ci ne bougea pas d'un poil, et fixait toujours le plafond. La fillette était bien décidé à rester avec son frère. Elle enleva ses chaussures, et marcha à quatre pattes jusqu'à voir les yeux verts gris de William. Elle lui sourit, et toucha ses cheveux de ses petites mains.

    « Will, t'es triste ? »

    L'adolescent se tourna vers sa petite soeur lui prenant la main qu'elle baladait dans les cheveux couleur charbon de William.

    « Un peu ... »

    La fillette fit une mimique triste et se mis debout d'un seul coup. Comme elle vacillait un peu, Will s'assit sur le lit et la pris dans ses bras pour éviter qu'elle ne tombe du lit.

    « Will ! Je veux que tu joues ! »

    Elle avait hausser le ton, pas méchamment, mais juste assez pour s'assurer que son frère entende bien ce qu'elle voulait. William ne pu s'empêcher de sourire à la demande de sa sœur. Il se leva, et partie en direction de la basse. La fillette le stoppa aussitôt, criant un non significatif.

    « Je veux que tu joues avec le piano, ta guitare elle a un bruit tout moche ! »

    William sourit et alla vers Molly. Il se mit à sa hauteur, et dit d'un ton malicieux:

    « C'est pas une guitare Miss Molly, c'est une basse, c'est pas pareil. »

    Molly le regarda avec une expression d'incompréhension.

    « Mais si c'est pareil ! »

    Will soupira, et porta sa sœur jusqu'au piano qu'il y avait dans le salon en bas. Il croisa au passage sa mère qui lui dit que le repas était près. Molly répliqua à la place de son frère qu'ils iraient manger après que Will ait joué. Celui ci posa à Terre sa jeune sœur et s'installa au piano, souriant à sa mère. Puis il commença à jouer, au plus grand bonheur de Molly.


    Il y a des soirs comme ça, ou William aurait voulu vivre ces moments encore et encore... Vivre toujours avec cette fillette qui lui rendait le sourire quelque soit la situation, vivre dans cette famille qu'il chérissait, détestait par moment. Vivre toujours, mais avec eux.



    « Les disques se vendent comme des petits pains mon gars, et oui nous sommes dans une époque rock n roll, il va falloir s'y faire. »
    William et ses amis regardèrent le vendeur avec enthousiasme. Andrew finit par répondre au vieil homme, le sourire au lèvre.

    « Vous n'aimez pas le rock ? »

    Le vieil changea d'expression, et manqua presque de lui crier dessus.

    « Tu parles si j'aime pas ! C'est pas de la musique ça ! Les Beatles font un déshonneur à notre belle musique Britannique, et je parle même pas des petits nouveaux là, les Rolling Stones ! »

    William ne pu s'empêcher de faire une remarque qui on ne peut plus juste:

    « Mais ce sont grâce à eux que vous vivez en ce moment, il faut bien l'avouer. »

    Kerwan ajouta aux paroles de William:

    « Et puis vous allez devoir vous faire, fini les vieilles chansons d'Edith Piaf, et place à Psyche Rock! »

    Les adolescents regardèrent tous le vendeur qui semblait totalement dépassé par les nouveaux évènements musicaux.
    Les jeunes garçons partirent du magasin, leur disque dans les mains. William regardait avec attention la jaquette du disque, quand il se sentit observé par quelqu'un. Il se retourna, et se rendit compte qu' Andrew avait les yeux fixés sur lui, un sourire étrange se dessinait sur son visage. William s'arrêta.

    « Qu'est ce qu'il y a Andrew, j'ai un truc sur le visage ? »

    Andrew faisait toujours se sourire bizarre envers William, et lui répondit d'un ton étonnement doux.

    « J'avais jamais remarquer que t'avais des yeux verts ..., enfin d'aussi beaux yeux verts ... »

    La peur submergea William, à vrai dire il ne s'attendait pas vraiment à ce genre de réponse de la part d' Andrew, et surtout pas de lui. Il répondit assez vite qu'il avait quelque chose d'urgent à faire à l'instant même en ville.
    Kerwan regarda Andrew avec un air d'incompréhension, puis finalement il demanda à William ce qu'il avait d'aussi urgent à faire, surtout à cette heure tardive ou la nuit était déjà tombé.

    « Je dois passer prendre un truc pour ma mère, j'avais oublié ... »

    Bien sur ce n'était pas vrai. William ne voulait pas rester plus longtemps avec eux, surtout après ce que lui avait dit Andrew. Il se sentait vraiment très mal à l'aise.
    Il partie donc en centre ville, seul, déambulant dans les ruelles, pensant à la réponse d'Andrew et à sa façon étrange de se comporter depuis quelques temps.

    La nuit, est belle et mystérieuse pour la plus par des gens, pour d'autres, plus rare soient ils, elle est sans mystères, et de plus en plus ennuyante ...
    Megan la trouvait ennuyante, depuis le temps qu'elle la côtoyait, elle n'avait plus aucuns secrets pour elle. Depuis combien de temps Megan était elle là, à marcher, virevolter, semer la terreur autour d'elle ? Sans doute une cinquantaine d'années, mais bizarrement elle n'avait pas pris une seule ride. Elle avait garder ses 23 ans d'autre fois. Elle était belle, comme tous les membres de leurs races si rare dans ce monde, si race sur cette ile. Son teint était parfait, ses yeux d'une clarté incroyable, son regard fascinant, sa démarche légère et élégante. Tout le monde ou presque se retournait pour admirer sa beauté lugubre. Elle avait un maquillage noir, une robe sombre et magnifique, digne des robes des aristocrates. Elle avait tout pour elle, vraiment ...

    William regardait les vieilles dalles de New Romney, les chaussures des autres personnes qui profitaient comme lui d'un petit moment pour observer la nuit. Des baskets et des jeans, des botes et des collant, des chaussures à talons .... Son regard se figea sur le bas de la robe de Megan. Il s'arrêta et leva les yeux pour apercevoir le visage de la propriétaire de cette énigmatique et non conformiste robe.

    Il fut presque choqué, comme les autres, de la beauté de ce visage si jeune, si pâle et si sombre à la fois. Il ne pu s'empêcher de la fixer un instant, mais l'instant devient un moment, et la jeune Megan sentit se regard pesant parmi tout les autres. Elle arrêta sa marche lente, et se retourna vers William, un doux sourire aux lèvres.
    William aurait dû, peut être, être rassuré par ce sourire, mais ne fut pas vraiment, bien au contraire. Megan s'avança vers l'adolescent, tout aussi lentement qu'au paravent. Will commençait à paniquer, et fini par courir, pour s'enfuir loin de cette femme étrange qui lui faisait, il fallait le dire, peur.

    Les maisons, et commerce défilaient à toute allure. Les gens semblaient étonnés de voir un adolescent courir comme ça, comme s'il était poursuivit par une criminel, comme s'il fuyait la mort, mais aucun d'eux n'eut la présence d'esprit de l'aider, aucun ...
    Il semblait qu'il fuyait l'homme ou plutôt la femme invisible, car en effet celle ci ne l'avait pas suivit, du moins elle n'avait pas courut après lui.
    William repris un moment sa respiration avant de poursuivre sa route et de rentrer chez lui.

    Il n'y avait pas grand monde dans ce coin de la ville, et tout était vraiment calme, pourtant William restait effrayé. Il avait peur, peur que la femme le suive.
    Il regarda derrière lui, puis sur les cotés. Il se sentait suivit. C'était sans doute son imagination, de toute façon c'est ce qu'il se disait, et c'est ce qu'il espérait vraiment.

    Il commençait à être rassuré. Megan le sentait, elle le voyait. Elle finit par se montrer à lui, dans une vivacité qui dépassait tout ce que le jeune homme avait pu voir dans sa courte vie.
    Will retint sa respiration, et ne bougea pas, il était totalement paralysé par la peur. Megan lui fit un doux sourire, puis s'approcha lentement de lui, comme elle l'avait fait avant que William ne prenne la fuite. Celui ci prit son courage à deux mains, et entama la conversation sur un ton léger.

    « Que me voulez vous ? »

    Megan s'avançait encore un peu, fixant William de ses grands yeux bleus bordés de noir.

    « Rien de bien méchant rassure toi. »

    Elle s'approcha plus près de lui, encore plus près, jusqu'à pratiquement le frôler. Elle posa sur un lui un regard plus que pesant, qu'il n'arrivait pas soutenir tant il était intense. Will détourna le regard vers le sol instinctivement, mais n'éprouvait bizarrement plus le besoin de partir.

    « Tu as confiance en moi maintenant, William, n'est ce pas ? »

    L'adolescent releva la tête brusquement. Comment savait elle son nom, comment recelait elle ses émotions ? William recula un peut.

    « Vous êtes quoi une sorcière ? Une voyante ? Un truc dans ce genre. Ou vous me connaissez peut être, vous me suivez depuis combien de temps ? Et ... »

    Megan s'amusait de le voir ainsi. Il commençait a paniquer. C'était vraiment la proie rêvé. Il était si facilement influençable, beaucoup trop spontané. Elle n'attendit même pas qu'il ai finit de poser toutes ses questions. Elle s'avança vers lui en l'espace de quelques micro seconde et l'embrassa furtivement. Elle répondit à ses interrogations assez vaguement, mais d'une voix très douce.

    « Je ne suis pas tout a fait une sorcière... »

    Cette femme lui faisait de plus en plus peur, et puis d'où elle se permettait d'être aussi intime avec lui ? Il voulait partir, il voulait vraiment s'enfuir. Il se disait maintenant qu'il aurait préféré les avances d'Andrew plutôt que cette étrange femme. Il avait beau essayer de s'enfuir, il n'y parvenait pas, Megan était bien trop rapide. La panique le submergeait totalement.

    « Laissez moi partir ! »

    Megan ne supportait pas de boire le sang des victimes apeurées, elle ne supportait pas que leurs cœurs battent à toutes allure, elle devait absolument le calmé. Elle voulait son sang, et elle l'aurait, que ce soit ce soir ou un autre.

    Elle s'y était mal prise avec lui. Non pas qu'elle manquait de technique, mais il était fort mentalement, et elle n'arrivait pas faire fonctionner ses pouvoirs sur lui. Oui bon, ça venait aussi du fait qu'elle ne soit pas très expérimentée... En quelques années de vampirisme on n'avait pas acquis toute la force que l'on pouvait avoir en plusieurs siècle, c'était sur...

    Il savait quelques information sur elle, notamment qu'elle lisait dans les pensées. Comment allait elle s'en sortir cette fois si, sans pour autant qu'il la croit dangereuse ? Crise de somnambulisme ? Pourquoi pas après tout, elle pouvait très bien s'être endormis à cette heure ci.
    Megan était plutôt douée pour la comédie, elle prenait vraiment la vie pour un jeu de toute façon, pour elle ne n'était vraiment pas compliqué de mentir avec ses sentiments. Elle pris un tout autre air, très soudainement. Elle regarda autour d'elle, fit mine d'être effrayé et recula de plusieurs pas de William. Celui ci la regardait stupéfait de la scène. Qu'avait elle donc encore ?

    « Où suis-je ? Qui est tu toi ? Je deviens folle, folle à liée !! »

    Elle donnait vraiment l'air d'être dérangée, de ne pas savoir où elle était, elle était paniquée. William resta sceptique quand la réaction de la jeune femme. Il pensait vraiment qu'elle se foutait de sa gueule.

    « Ouai c'est bon j'ai compris, c'est mes amis qui t'ont payé pour me faire une blague; très drôle, je suis mort de rire. »

    William disait ça d'un ton ironique, bien sur. Il était à présent persuadé que c'était une farce de ses amis, tout était clair maintenant. La façon dont Andrew lui a parlé, le fait que c'était évident qu'il prenne la fuite, et qu'il rencontre la fille après... Il soupira.

    « Bon au revoir, je dois rentrer chez moi, j'ai pas vraiment le temps de jouer. »

    Megan le regarda d'un air suppliant, et toujours dans son rôle de somnambule chronique.

    « Attend ! C'était pas une blague, enfin je pense pas, ou du moins je m'en souvient pas. »

    Megan fit mine de se souvenir, alors que Will était près à partir. Quand il emboita le pas, elle enchaina dans les explications en le suivant.

    « Je .... je suis somnambule depuis que je suis petite, et ces derniers temps je fais beaucoup de crise qui me pousse même à partir de chez moi. C'est arrivé une autre fois, il y a pas si longtemps et ... »

    Elle n'avait pas pu finir sa longue explication que William lui tourna le dos, lassé d'entendre les passages de la vie de quelqu'un qui commençait à l'exaspérer.

    « Oui j'ai compris, dans votre sommeil vous avez aussi des supers pouvoirs pour voir les prénoms des gens et leurs sentiments immédiat ? Arrêtez de vous fatiguer pour rien, j'ai compris. »

    William avait du répondant, et Megan aimait beaucoup quand ses victimes étaient comme ça. Elle ne pu s'empêcher de sourire intérieurement. Elle jubilait à la simple pensée de le mordre froidement.

    Elle le regarda un instant, et baissa la tête.

    « Je ne le dis pas à grand monde, je ne voudrais pas que ça s'ébruite et que les gens accourent vers moi. Mais si je suis obligée de te le dire pour que tu me crois, je vais le faire. Je ...suis ... »

    Megan marqua une pose, avalant sa salive et faisant mine de réunir tout son courage pour avouer un grand secret.

    « Je suis une ... médium. »

    William ouvrit grand les yeux, puis finalement éclata de rire, à ne plus pouvoir arrêter.
    Megan, qui commençait à trouver finalement le temps long, pris un air plus autoritaire.

    « Je peux lire dans tes pensées maintenant si tu veux, comme tu verras que je dit la vérité, mais promet moi de ne pas avoir peur quand je dirais juste. »

    William, qui riait encore, accepta la proposition, certain de voir la jeune femme raté sa prestation magique. Il n'était donc pas très sérieux sur ses pensées directe. Megan le regarda un instant le regard las.

    « Tu peux arrêté trente seconde de ma voir comme une sorcière s'il te plais. »

    William pris un air sérieux, pour lui faire plaisir ...

    « Okay, c'est bon, je suis prêt, je pense. »

    Megan le regarda un instant puis dit à voix haute les pensées qu'elle venait d'entendre.

    « Tu penses à ta petite sœur Molly, et au repas de se soir. Allez vous manger la même chose que la veille ? Tu habites une grande maison près de la grande Eglise du sud de la ville, à quelques centaines de mètres d'ici »

    William la regarda un peut effrayé de sa répondre.

    « Trop facile, mes amis auraient pu vous dire le prénom de ma sœur, et mon adresse. »

    Le prix à payer pour avoir la confiance d'une victime était assez cher en cette période... Megan le fixa méchamment, lui disant qu'il n'avait qu'a penser à autre chose. Il s'exécuta. Il pensait à la femme devant lui, il semblait qu'il regardait dans le vague, mais en fait il regardait son visage si étrange, et si beau à la fois, il détaillait sa robe. Bien sur Megan entendait tout et sourit gentiment à William.

    « Merci beaucoup, et puis je l'ai faite moi même cette robe, si tu veux savoir. »

    Cette fois ci, il n'y avait plus vraiment de doute à avoir, cette femme était bel et bien médium comme elle le prétendait. William n'y croyait pas vraiment, mais plus il restait avec elle à discuter, et plus il se rendait compte qu'elle disait vraie, et le pire dans tout ça, c'est qu'il le trouvait de plus en plus sympa. En l'espace de quelques minutes, voir même d'une heure, Megan avait pu rattraper son erreur du départ, pour repartir sur de bonnes bases.
    William devait à présent partir chez lui, il était tard. Elle devait partir chasser. Ils se reverront, sans doute le lendemain, plus proche que la veille.


    Que faisaient les enfants de l'époque, une fois leurs 16 ans passés, même avant ? Seul une minorité allaient faire de grandes études après, et beaucoup d'autre allaient directement en apprentissage. Pourtant William n'avait choisie aucune des deux perspectives. Il voulait devenir une rock star, comme les Beatles, et se consacrait uniquement à ça. Ces parents n'apprécieraient gère le choix de leur fils, mais ils devaient s'y résoudre; William ne fera aucun effort dans le monde du travail s'il ne concerne pas la musique.


    Cette fin de journée ci, William ne restera pas longtemps aux répétitions, prétextant d'avoir quelque chose d'important à faire. Cette chose importante c'était Megan. Il savait sont nom, et tout sur elle, enfin tout ce qu'elle avait bien voulu lui dire. Ils se connaissaient maintenant depuis une semaine en tout. Ils se voyaient tout les soirs, au même endroit, parlaient de choses et d'autre; plus les soirs s'enchainaient, et plus l'envie de rester avec elle se faisait grande pour William. Il la voyait comme une amie ... peut être plus qu'une amie, au grand plaisir de Megan qui n'avait qu'une envie, trahir ce lien si fort entre eux, et boire le sang de l'adolescent qu'elle chérissait depuis une semaine.

    Il était plus de minuit, et Will n'était toujours pas rentré chez lui. Il restait avec Megan, mais il ne se rendait pas compte que, plus il restait avec elle, et plus l'heure de sa mort approchait. Elle approchait même plus vite que prévu. La pauvre Megan ne pouvait plus faire face au désir qui la submergeait. Il fallait qu'elle plante les dents dans son cou, et ce maintenant.
    William s'aperçut que Megan la regardait bizarrement. Elle était fixe, avec un espèce de sourire à vous donner froid dans le dos. L'adolescent balança sa main devant les yeux de notre vampire. Celle ci bascula légèrement la tête sur le coté, toujours le regard aussi fixe, presque vitreux.

    « Ça ne va pas pas Megan ? »

    William, instinctivement lui pris les mains, mais les relâcha aussitôt.

    « Vous avez des mains glacées, je ne pense pas que vous soyez très bien. Il doit y avoir des docteurs encore ouvert à cette heure ci, ils vous donneront surement quelque chose pour que votre température redevienne normale. Il fait froid aussi cette nuit, c'est peut être à cause de ça... »

    Megan se rapprocha de Will, encore ce sourire effrayant sur les lèvres.

    « Je n'ai pas besoin d'un docteur, j'ai juste besoin de toi... »

    Elle dirigea ses mains froide vers celle de William pour pouvoir l'immobiliser. Elle se penchant sur lui. Son sourire devenait de plus en plus grand, et inquiétant. Mais même si William sentait le danger venir, il n'arrivait pas à avoir ne serait ce que l'envie de partir.
    Megan chuchota à l'oreille de William, qu'il ne devait pas s'inquiéter, et qu'il n'aurait ...presque pas mal.
    Au moment où elle avait fini ça phrase elle planta sauvagement ses dents dans le cou de William, et commença à le priver de la totalité de son sang, qui d'ailleurs avait le fameux goût de la victoire, et de la satisfaction.
    William quand à lui ne ressentit pas du tout ce sentiment de désir satisfait, bien au contraire. Il avait atrocement mal, et il avait beau crier, personne ne venait. A ses cries Megan sourirait; la souffrance que ressentait William la comblait de bonheur. Elle ne pouvait pas être si heureuse.


    William commençait à ne plus pouvoir bouger aucun membre, ils étaient tous paralyser par le manque d'oxygène, qui était normalement apporté par son sang, sang qu'il n'avait presque plus. Pourtant il ne voulait absolument pas se rendre à la mort de cette façon, pas après l'humiliation que cette femme lui faite. Il résistait, par la force de son mental. On pourra dire qu'il a un très fort mental notre William, car Megan se demandait quand est ce qu'il allait bien pouvoir ce décider à mourir, qu'elle puisse en finir. Le cœur de William battait de plus en plus fort, tentant de faire circuler le peut de sang qui lui restait, il commençait à lâcher prise, à perdre ses facultés intellectuelle, il commençait à ne plus avoir la présence d'esprit de survivre.
    Megan sentait tout ça, bien sur, mais en voyant à quel point William était fort, elle lâcha prise, et pris une grande décision.

    « Je vais être gentille William, j'espère que tu sauras t'en souvenir. »

    Elle hésita un instant, regardant son poignet avec insistance, puis finalement elle planta ses dents dedans. Elle grimaça un peu, puis elle força William à boire de son sang, un sang de vampire qui transformait celui qui le buvait en cette créature fascinante de le nuit.
    William but le sang que lui proposait Megan, pas vraiment maitre de ses mouvements; il n'arrivait vraiment pas à penser par lui même.
    Puis vint le moment pour Megan de retirer son poignet de la bouche de l'adolescent, chose qu'elle fit simplement.
    Will se laissa tomber à terre lourdement. Il ressentait un mal être affreux, il ne pouvait s'empêcher de se débattre.

    « T'inquiète pas, c'est qu'un mauvais moment à passer? Ta partie humaine disparaît, c'est toujours un peu douloureux, essaie de prendre un peu de recul sur la chose, ça passera plus vite. »

    William réunit un peu de force pour la regarder, alors que son corps se livrer à des puissants spasmes.

    « Mais prendre du recul sur quoi, qu'est ce que vous êtes en train de me faire ? Répondez moi ! »

    Megan pris une de ses mèches de cheveux, et la lissa avec ses doigts.

    « Je t'ai transformé en vampire, je t'ai évité la mort, et je t'invite à une vie immortelle. »

    C'était la première fois qu'elle transformait, et elle espérait avoir fait le bon choix en choisissant William pour cette première fois. Elle le regardait se tortiller dans les tout les sens, souffrir comme il n'a jamais souffert. Elle se rapprocha un peu de lui, tant il s'éloignait en de débattant.

    « J'èspère que ça te va William, de toute façon tu n'as plus vraiment le choix. »

    Elle éclata de rire. William lui n'avait pas du tout envie de rire, bien que l'idée d'être immortel lui plaise, il avait mal, et pour l'instant c'est ce qui comptait le plus. Il essayait de prendre du recul comme lui disait de faire Megan, mais il n'arrivait à rien, il était un peu trop affaiblit peu être.
    Quelques minutes passèrent, sans doute les plus longues de sa vie. Il ne bougeait plus, et regardait fixement le ciel, comme un enfant qui fixerait un nouveau jouet en vitrine, sans vraiment le désirer, mais juste pour voir à quel point il était bien fait.
    Son physique changeait à vu d'œil. Son teint palissait, son visage semblait reprendre une tout autre disposition, alors qu'il n'en était rien, c'était juste les contraste de couleur qui faisait ça. Il avait une tout autre vision de la nuit, de l'espace temps, un peu comme la vision d'un animal. Il avait un toute autre ouïe, semblable à celle des chauves souris. Il n'avait plus rien d'un humain, et il le sentait.

    Megan le regarda avec une expression satisfaite.

    « J'ai eu raison de transformer en vampire, t'es vraiment mieux comme ça, ... je veux dire physiquement. T'es plus ... mort à mon goût. »

    William n'avait pas trop à tête à rire maintenant, il avait faim, tellement faim que ça lui donnait mal à la tête. Megan s'en aperçut bien sur, elle traina William par la manche de sa veste noire.

    « Ta première nuit de chasse, waaa ! »

    Megan semblait tout aussi excitée qu'une enfant avec un nouveau jouet dans les mains.


    Elle entraina le nouveau vampire vers le centre ville, en espérant trouver une victime adaptée. Elle observa longtemps, très longtemps, mais ne vit désespérément personne passer. Megan soupira, et se retourna vers William.

    « Il va falloir rentrer chez des gens, ici il n'y a apparemment personne, et vu ton état tu ne tiendra jamais jusqu'à la nuit prochaine, et ça serait dommage que tu meures si tôt non ? »

    Megan lui fit un sourire, mais elle voyait bien que William était trop faible pour rire à son humour noir. Aurait sans doute dut lui donner plus de sang tout à l'heure.
    Elle se retourna doucement avec un sourire sadique.

    « Tu entends ce bruit William ? C'est un bruit de pas, les pas de ta première victime. Allons vite à sa rencontre ! »

    Megan le traina une fois de plus avec elle pour aller à la rencontre de la personne qui marchait au loin. Au bout d'un moment elle s'arrêta, laissant William avancer seul. Des tas de questions se précipita dans sa tête. Qu'est ce qu'il était devenu, qu'est ce qu'il devait faire ?
    La personne avançait d'un air monotone, puis arriva près d'un lampadaire. William plissa un peu les yeux pour apercevoir le visage de cette personne. Il sursauta en voyant que c'était Andrew. William se retourna vers Megan. Celle ci lui fit signe d'avancer, toutes excitée apparemment. Elle s'était installée sur une murette, et regardait la scène avec un grand sourire. Si elle avait pu les avoir, elle aurait sans doute du pop-corn dans les mains. William se retourna vivement, et regarda Andrew avancer le regard bas. L'adolescent leva les yeux sur l'ombre qui lui faisait bientôt face. Il reconnu son ami quasiment de suite malgré la nuit. Il lui sourit et s'approcha plus, mais quand il fut à quelques centimètre de lui, son sourire s'échappa.

    « Tes parents te cherches partout Will, on s'inquiétait tous de pas te voir ce soir, surtout moi ... »

    William regardait Andrew avec un air grave, peut être un peu provocateur et odieux, mais ne dit rien; il se contentait d'écouter ce que le garçon en face de lui disait, essayant de contrôler une envie qu'il ne connaissait pas. Il n'avait jamais remarquer à quel point son ami pouvait avoir une odeur aussi attrayante, et à quel point il pouvait avoir l'air appétissant. De plus en plus le regard de William changeait, et on pouvait clairement avoir l'impression qu'il avait envie de manger son ami. Andrew ne l'interpréta pas tout à fait de la même façon... Il s'avançait doucement vers son ami et ferma les yeux pour l'embrasser. William se laissa faire, trop occuper à tenter de résister à cette envie de planter ses dents dans le cou d'Andrew, comme Megan avait fait pour lui. Ce désir se faisait de plus en plus envahissant, et William n'avait plus vraiment à se contrôler. Il mit fin au baisé qu'il trouvait interminable, et planta tout aussi sauvagement ses dents dans le cou d'Andrew, que Megan l'avait fait pour lui.
    La vampire regardait la scène avec un encore plus gros sourire, puis finalement alla rejoindre son cher petit vampire.
    Andrew laissait échapper des gémissements de douleurs, pria William d'arrêter, mais celui ci, ne pouvait arrêter; son sang avait un magnifique goût. Il était bien meilleur que le sang de Megan. Le nouveau vampire vida complètement son ami de son sang en un rien de temps. Sa peau retrouvait un teint un peu plus coloré, et elle se réchauffa peu à peu. Il se sentait mieu.
    Megan sautillait, tout sourire, faisant attention à ne pas trébucher sur le cadavre d'Andrew.

    « Tu vas être un super vampire croit moi. Tuer son ami comme ça, surtout en ayant encore quelques réflexes humain, les sentiments, je dis chapeau. Sur ce coup là tu m'as surpassé. Waa Je t'aime déjà William! »

    Elle l'enlaça. William regarda le corps inerte de son ami, couché sur le sol. Il s'en voulait, on ne pouvait pas dire le contraire, seulement la faim avait été la plus forte.

    Cette nuit, William ne rentra pas chez lui, enfin il rentra qu'au petit matin, avant l'aurore. Il poussa la porte, sa mère était là. Elle lui sauta littéralement dessus, en pleur. Il n'avait pas pour habitude de fuir la maison, et le fait de rester toute une nuit dehors avait fait ressortir des interrogations. Sa mère le regarda un moment. Elle savait qu'il n'était pas comme avant, elle le voyait, mais ne disait rien, par peur qu'il reparte.
    William demanda à sa mère de le laisser dormir toute la journée, sans le déranger. Il lui manquait une nuit de sommeil, c'est ce qu'il donna comme excuse.

    La perte d'un enfant était le pire cauchemar d'un parent. Vous n'imaginez même pas à quel point le choc fut violent pour les parents d'Andrew, de voir leur fils allongé dans une rue, sans vie. Les forces de police Britannique étaient toutes réunies dans cette rue, et leur verdict fut sans appel. L'adolescent avait été attaqué par un animal sauvage. Pas de meurtrier à punir, rien. La douleur était affreuse, et se transmettait vite à l'entourage de ces personnes accablé de chagrin.

    La nuit était tombée, William sortie de sa chambre avec une forte faim. Il marcha lentement dans le couloir, puis s'arrêta à la vu de Molly, qui avait l'air terrorisée.

    « Will, maman elle est triste parce que ton ami est mort. »

    William la regarda sans émotions. Il se mit à sa hauteur, et la fillette avança d'un pas.

    « Ce sont des choses qui arrive Molly, il faut pas t'en faire. »

    Molly recula, encore et encore, en toussant. Elle avait attraper une mauvaise toux, et avait du mal à respirer, du moins c'est ce que les médecins pensait.

    « Tu es bizarre Will. »

    William avança, et dépassa sa jeune sœur en disant que c'était elle qui était bizarre avec un léger sourire, puis y alla vers le piano, dans le salon, là où était sa mère. Son père n'était pas présent à cause de son travail, et ne venait qu'un mois sur deux.
    William se mit à jouer un air mélancolique, et lent. Par dessus la mélodie, on entendait les sanglots de sa mère. Elle regarda en direction de Will. Elle avait mauvaise mine. Son maquillage avait coulé de par sa très mauvaise qualité, et dessinait de sombre cernes sur le visage de la femme. Elle osa parler par dessus la triste mélodie.

    « Il était venu te chercher William. »

    William réfléchissait à son futur. Il ne pouvait pas rester ici, pas en tant que vampire. Si il partait de la maison, sa mère ne le supporterait pas, donc, si il voulait partir, il devait le faire s'en qu'elle en soit consciente, c'était logique.

    « Je sais maman, je sais. »

    Il commençait à jouer un morceau beaucoup plus dynamique. La femme aux yeux cernés de noir pleurait de plus en plus.

    « Tu l'as vu ? »

    William souriait; décidément, il prenait de plus en plus les manies de Megan, ça le perdra forcément un jour.

    « En effet je l'ai vu. »

    Elle tremblait à cause de ses sanglots.

    « William tu me fais peur ! »

    William s'arrêta net de jouer dans un fracas d'accords de basse et de mélodie.

    « Tu penses que c'est moi qui l'ai tué peut être ? Tu sais que c'est vexant de dire ça à son propre fils ? »

    Il se leva d'un bond, et alla vers sa mère.

    « Les policiers ont dit que c'était un animal qui l'avait tué. »
    « Tu vois, je n'y suis pour rien. Je l'ai vu, mais je l'ai peut être pas tué. »
    « Peut être pas ... ? »

    Sa mère se leva, et alla vers la cuisine sans porter le moindre regard sur William.

    « C'est de l'humour maman. »

    William la suivait dans la cuisine. Elle se retourna violemment vers Will.

    « Arrête de me suivre ! »

    William prit un air étonné.

    « Tu as peur de moi maman ? »

    Au moment où il allait porter sa main jusqu'au épaule de sa mère, celle ci l'en empêcha d'un geste bref. C'est à ce moment là qu'elle se rendit compte à quel point William était gelé. Elle recula violemment. Elle avait comprit, une mère comprenait tout ...

    « J'avais faim maman... »

    Il s'approcha de sa mère, de plus en plus. Il lui lança un regard mélancolique.

    « Tellement faim... »

    Il finit par la morde elle aussi. Elle cria, bien entendu. Et Molly l'avait entendu; elle alla en vitesse dans la cuisine, une poupée à la main et regarda la scène avec horreur. William lâcha le cadavre de sa mère après l'avoir vidé de son sang. Il regarda sa jeune sœur avec un air las.

    « Tu ne devrais pas rester là Molly, on ne sait jamais quel espèce de fou navigue dans cette ville. »

    Molly resta figée sur place, paralysée par la peur, ne comprenant pas vraiment ce qu'il venait de se passer.

    « Fait comme tu veux après tout, je ne t'oblige en rien. Je m'en vais, je te laisse te débrouiller toute seule comme une grande. Papa sera de retour d'ici quelques jours, de toute façon je crois qu'il va écourter son voyage. Attends. »
    William pris un stylo et un papier, et y marqua un numéro de téléphone, puis alla le donner à Molly. La fillette tremblait, mais pris le papier sans rien dire.

    « C'est le numéro de téléphone du travail de papa, tu le donneras aux policiers quand ils viendront. Ils seront là bientôt. »

    William pris le téléphone et entra le numéro de la police britannique, les alertant qu'il avait entendu des cries dans une des maisons de la rue où il habitait. Il se retourna vers sa sœur, et se mit à sa hauteur.

    « Prend soin de toi. »

    Il caressa de ses doigts réchauffés par le sang de sa mère, la joue ronde et rebondit de sa sœur. Puis il se releva et quitta la maison.

    « Au revoir Miss Molly ! »

    William arriva près de la rue où il était devenu vampire, espérant trouver Megan. Celle ci le surpris en arrivant derrière lui comme si de rien n'était.

    « Alors cette première journée de sommeil, c'était bien? »

    William avait un air dérangé. Il n'était pas bien ça ce voyait dans son regard. Megan utilisa ses pouvoirs de clairvoyance pour voir que qui se passait dans la tête de l'adolescent. Elle vit ses derniers actes, entendu ses paroles, perçut ses pensées.

    « J'arrive pas à me contrôler Megan. Quand j'ai faim, j'hésite pas une seconde, il faut que je tue. J'ai tué mon meilleur ami, j'ai tué ma mère ... »

    Sur les dernières paroles il baissa le ton de sa voix, comme si il ne voulait pas l'admettre. Il s'en voulait aussi, comme pour Andrew, mais plus le temps passait et moins l'idée le dérangeait.

    « Tu vas apprendre t'inquiète pas pour ça... Tu avais dans l'idée de partir William ? »

    Elle le regarda avec un air enjoué, comme si elle était contente qu'il ait eut cette idée.

    « Je ne peux pas rester ici, la police va certainement faire un lien entre Andrew et ma mère, le lien c'est moi. Et puis ma sœur ma vu faire, je suis même pas sur qu'elle mente pour moi. J'ai que cette solution. »

    « Je vais venir avec toi William, d'ailleurs, j'ai bien une destination à te proposer. »

    Elle était aussi joyeuse que quand William fit d'Andrew sa première victime.

    « On va aller à Londres ! »

    William regarda un instant Megan sans rien dire. Londres ... La capitale. Pourquoi pas. William n'y avait jamais été, en plus ce n'est pas très loin. Quelques heures d'avions seulement, voir moins. Il acquiesça la décision de la vampire.

    « Contente que ça te plaise. Il est quelle heure ? »

    Elle regarda la montre à son poignet pour voir l'heure. C'était une montre ni banale ni luxueuse. Elle avait sans doute du couter son prix, mais ce n'était une montre type Rolex. Megan fit une légère grimace.

    « J'ai 10 minutes pour faire mes valises... Je vais avoir besoin de ton aide je crois. »

    William le regarda un instant, s'interrogeant intérieurement sur l'adresse du domicile de Megan. Celle ci regardait un immeuble qui avait l'air d'appartenir au quartier riche d'une rue adjacente.

    « J'habite là bas, dans l'immeuble gris bleu. »

    William sursauta légèrement. Il n'était pas habitué encore aux pouvoirs de Megan. Le fait qu'elle réponde à une question qu'il n'avait pas encore posé le dérangeait un peu; il s'habituera avec le temps.
    Il baissa les yeux, et suivit la jeune femme qui ce dirigeait vers le bâtiment qu'elle venait de désigner.
    Comme tout nouveau vampire, William se posait d'innombrable question à son sujet, et au sujet de ça nouvelle race. Megan lui avait dit pas mal de choses, mais certains points avait du mal à être assimilé par notre jeune adolescent, à cause surement, des enseignements humains.

    « Dit moi Megan, nous sommes vraiment immortel ? »

    Megan s'arrêta, et regarda dans le dans les yeux. Elle hésita un instant, puis fit un timide sourire.

    « Non seulement nous sommes immortel, mais en plus on gardera notre apparence actuelle ... J'ai 75 ans, ouai je sais je l'ai fait pas, et ça c'est notre plus grand pouvoir. »

    William la fixa un instant, regdardant le moindre trait de son visage, sans doute pour vérifier si la vampire disait vrai. Elle n'avait pas une ride, elle n'avait certainement pas l'age d'une femme de 75 ans. L'adolescent feint un sourire de satisfaction. L'idée de rester jeune pendant de long siècle lui plaisait. Il se rapprocha de Megan, tandis qu'elle entrait dans l'appartement.
    Il contempla celui ci avec admiration. Tout était parfaitement ordonné. Aucunes affaires n'étaient en désordre, aucune poussière n'avait ça place. On aurait vraiment dit l'appartement d'une maniaque. William n'osait pas faire le moindre mouvement. Cet endroit avait l'air de n'être jamais habité. Tout était neuf, les fauteuil, les lits, la cuisine, la table. L'appartement ressemblait à ceux des catalogues de vente, des appartements destinés à seulement être visité.
    Quand on y réfléchissait, c'était un appartement inhabité. Megan ne se servait pas de la cuisine, elle n'en avait pas besoin, par plus que le lit. (Elle dormait dans un cercueil, chose que William n'avait pas fait pour sa première nuit, barricadant sa fenêtre et sa porte; la pièce était totalement vide de lumière naturelle.)
    Il regardait Megan, prendre en toute hâte ses affaires les plus chères, sans vraiment oser l'aider à quoi que ce soit.
    Elle avait fini en l'espace de quelques minutes, une chose impossible pour un humain. Elle allait à une vitesse surnaturelle, enchainant les mouvements beaucoup plus vite qu'un humain, même les plus entrainés.

    William bougea d'un pas, pour laisser Megan installer ses affaires dans le couloir de l'immeuble. Il avait une vu sur une nouvelle pièce, et non des moindres. Elle était remplit d'objet plus magnifique les uns que les autres. Son regard fut attiré par un objet rectangulaire au fond de la pièce. Ses yeux s'élargirent. Megan avait une télévision. A cette époque, beaucoup de personnes n'étaient toujours pas propriétaire d'une télévision, et c'était le cas de la famille de William. Ils auraient pu l'avoir, si il n'avait offert le piano et la basse à leur fils. Le jeune vampire s'approcha de l'objet et le fixa un instant, en étant tenté de l'allumer.
    Megan faisait un deuxième voyage dans le couloir, quand elle rentra de nouveau dans l'appartement elle vit que William était devant la télévision. Elle fit un léger sourire en coin.

    « Tu n'en avais pas ? »

    William sursauta, puis se retourna pour faire face au regard de Megan, puis baissa les yeux et répondit négativement à la femme.

    « Je dois encore régler quelques affaires avant qu'on parte, si tu veux, tu peux rester ici et regarder la télé. J'en aurais pour vingt minutes, peut être moins. Je vais vendre l'appartement et tout ce qui s'y trouve aux enchères, je sais pas si ils seront d'accord sur le fait que je serais pas là quand ils vendront, mais tant pis. »

    William s'approcha de la télévision pour l'allumer. Les images en noir et blanc s'enchainait les unes après les autres à une vitesse folle. Malheureusement, les vampires sont des êtres à la vision animale, et peuvent suivre plus de mouvements avec leurs yeux que les humains. Une raie blanche envahissait l'écran, mais n'altérait que peu le show qui passait sur la première chaine.

    Megan avait quelques minutes de retard sur l'heure de retour qu'elle avait annoncé, mais William ne s'en était pas rendu compte, trop plongé dans l'émission de télé. La vampire se penchant doucement sur le haut du dossier du fauteuil où était William, et lui murmura qu'il fallait partir maintenant.
    Will éteignit l'écran, et suivit Megan, l'aidant à porter quelques unes de ses valises (elle en avait prit un nombre incalculable, heureusement que ce n'était que le stricte nécessaire.).
    Elle avait appelé un taxi pour les amener jusqu'à Londres. Megan lui prit ses valises des mains, lui ordonnant d'aller dans le véhicule. Il s'exécuta sans rien dire. Avec les voitures de l'époque, et les routes on mettait en général plus d'une heure et demi pour arriver à Londres depuis New Romney, voire presque deux heures.
    C'était la première fois que William quittait la ville. Quand Megan entra à son tour dans la voiture, il soupira, il exprimait une grande mélancolie.

    « Je l'ai laissée seule; j'ai tué sa mère, notre mère, ma mère ... mon meilleur ami... »

    Il répétait déjà cette phrase dans sa tête depuis un moment. Les mots lui avait échappés. Megan le regarda avec un air de compréhension et se rapprocha de lui pour finalement l'enlacer.

    « Je savais que c'était affreux, mais j'arrive pas à contrôler cette faim. J'étais conscient de mes actes, mais c'est comme si une autre partie de moi s'en fichait, et que tout ce qu'elle voulait c'était que je tue pour me nourrir. »

    Dans un élan de panique, William détacha sa ceinture (qui ne servait pas à grand chose à l'époque, mais on ne sait jamais).

    « Il faut que j'aille la chercher, je peux pas la laisser seule. »

    Megan empêcha Will d'ouvrir la porte et de s'enfuir en le retenant par la bras.

    « C'est normal de ne pas savoir gérer sa faim au début, et puis pour ton ami, Andrew ... »

    Ce nom avait une résonance horrible pour William qui ne put s'empêcher de frissonner en l'entendant.

    « ... c'était de ma faute. J'aurais dû te rendre plus de sang. Tu n'a rien à te reprocher, de toute façon tu ne pourras pas revenir en arrière. Tu as fait ce qu'il fallait pour ta sœur, elle est en sécurité, ne t'en fait pas ça. »

    Elle avait un ton ferme, mais rassurant. William reprit une position normale, et fixa la vitre du pare-brise. La pression et le stress qu'il c'était infligé en l'espace de quelques instant retomba. Il baissa la tête. Et murmura pour éviter que le chauffeur ne puisse trop en entendre, il était entré à son tour dans la voiture qui venait de démarrer.

    « J'ai quand même tué ma mère. »

    Une puis les larmes coulèrent sur les joues de William. Le chauffeur regarda par le rétroviseur pour vérifier si tout le monde était bien là. Megan, dans un geste vif pris William dans ses bras, dans le but de ne pas laisser voir ses larmes écarlates de vampire. Bas oui, les vampires ne sont pas composés d'eau pure, mais plutôt de sang, et leurs larmes sont teintées de rouges.

    La lumière des lampadaire ce faisait maintenant rare. On ne pouvait plus apercevoir le paysage. Seule la route et ses fossés étaient visible grâce feux de croisement du petit taxi. William s'allongea sur les sièges arrière, la tête sur les genoux de Megan.

    « Pourquoi voulez tu aller à Londres au fait ? »

    Megan essayait d'apercevoir le paysage dehors grâce à la lumière produite par la voiture. Elle ouvrit la bouche, sans doute pour faire sa réponse, mais aucun son s'en sortie. Quelques secondes passèrent avant que Megan ne se décide à répondre.

    « Je suis née là bas, je suis devenue vampire là bas, disons que j'y suis attachée. »

    Elle tourna la tête pour pouvoir regarder William dans les yeux. Ils avaient tout deux des yeux brillant, tels les yeux d'un felin dans le noir, éclairé par une faible clarté. Plus Will regardait Megan, et plus il la trouvait belle, même plus que quand il était mortel. Il avait vraiment du mal se détacher de ses yeux, de son magnifique regard qui exprimait une certaine nostalgie.

    « Il y a d'autres vampires là bas, je pense que ça sera plus enrichissant pour toi de les rencontrer, tu pourras mieux développer tes pouvoirs avec eux. Moi ... je pense pas être en mesure de tout t'apprendre; ils sont plus âgés, ils ont de l'expérience. Ils ont « élevé » des générations de vampires... »

    Elle marqua une pose. Elle regardait toujours en direction de William, mais on pouvait clairement voir que ses yeux erraient dans le vague, à la recherche d'une réponse à une quelconque question. Dans un mouvement bref des yeux, elle regarda le chauffeur, qui semblait totalement absorbé par la musique de son autoradio. Ils parlaient tout deux à une fréquence inaudible pour les humains, il ne pouvait de toute façon, pas les entendre.

    « Ce qui est drôle là bas, c'est que les vampires ne se cachent pas. Ils disent ouvertement aux gens qui ils sont, mais ça n'a aucune répercutions, et tu sais pourquoi ? »

    William lui répondit négativement, déjà assez surpris d'entendre ce qu'elle disait.

    « Parce que les humains ne croient jamais à un quelconque surnaturalisme. Quand j'y étais, les mortel nous prenaient pour des fous, ou des artistes... des comédiens. Ils n'y croient pas, et même parfois ils nous demande ouvertement de les mordre en riant. J'en ai mordu un une fois, je crois qu'il a regretter sa requête. »

    Elle riait doucement pour ne pas interpeller le chauffeur.

    « Tu crois que c'est toujours comme ça actuellement ? »

    Megan leva les yeux vers le toit de la voiture, cherchant une réponse pour William.

    « Je pense que les gens doivent être plus méfiant maintenant, mais je ne pense pas que les vampires aient changé de mentalité. »

    William jeta un bref regard sur l'autoradio qui grisaillait pratiquement tout le temps, et le bruit commençait à devenir assourdissant. L'agacement, la faim qui revenait de plus en plus, la respiration forte du chauffeur qui devait avoir un rhume. Cette odeur de chair vivante, de sang. William se releva d'un coup, et s'approcha du chauffeur ouvrant légèrement la bouche, dans le but de le mordre. Megan l'empêcha de planter ses dents dans la peau du chauffeur, le ramenant à elle.

    « Retiens toi un peu, on est pas encore arrivé, et on est au milieu de nulle part. On a encore besoin de lui. »

    William commençait à avoir un regard mauvais, ce même regard qu'il avait eux au moment de tuer Andrew, au moment de tuer sa mère. Megan sentait l'addiction au sang de William revenir, et elle savait aussi qu'elle devrait le calmer à tout prix avant qu'il devienne totalement incontrôlable. Le seul remède, c'était de lui faire oublier cette faim, de lui faire penser à autre chose jusqu'à l'arrêt de la voiture, à Londres.


    Elle passa sa main sur son épaule, puis sur son torse. William la regarda, perplexe.

    « Tu fais quoi là au juste ? »

    Megan le regardait avec un air doux. Dans un mouvement furtif, elle se rapprocha plus de lui. Elle entourait ses hanches de ses mains, et le serra contre elle, toujours le regard fixé sur lui. Will soutenait son regard, ce qu'il n'aurait sans doute pas du faire. Il sentait un fort sentiment l'envahir, un sentiment d'amour. Megan était bel et bien en train de le charmer, usant de ses pouvoirs et de son don de comédienne pour arriver à ses fins. William se détendait de plus en plus, s'adonnant complètement à Megan, un sourire aux lèvres.

    « C'est pas sympa ce que tu fait là, je sais que c'est pas sincère, je le sens. »

    Megan le regarda mesquinement, se rapprochant encore de lui.

    « Ça a pas l'air de te déplaire non plus. »

    William éclata de rire, puis repris son sérieux, prenant un ton sarcastique.

    « Comme si j'avais vraiment le choix, d'ailleurs il faudra que tu m'expliques comment tu fais pour charmer les gens comme ça. »

    Megan, se redressa un peu, et pris un air orgueilleux, et déclara théâtralement:

    « Voyez vous mon cher William, j'ai ce don depuis ma naissance, rien ni personne ne me résiste. »

    Ils se mirent tout deux à rire de la prestation de Megan. William tourna légèrement la tête vers le chauffeur, des envies de sang pleins la tête. Megan, avant que William ne retrouve toutes ses envies de meurtre, passa ses bras autour de son cou, et l'embrassa aussi langoureusement qu'elle put.
    Ils étaient pratiquement arrivé à Londres, pour ne pas dire qu'il ne restait qu'une minute de route. Megan laissa donc William reprendre peu à peu possession de ses envies.

    « On est d'accord que j'ai fais ça d'un simple point de vu professionnel ? »

    Will, avant de se rendre compte à quel point il avait faim, répondit à Megan.

    « Oui, de toute façon je te l'ai dit que je savais que c'était pas sincère. Je sais pas comment, mais je l'ai sentis. »

    Megan sourit, puis demanda au chauffeur de s'arrêter. Il valait mieux que le véhicule soit arrêté quand le mortel perdrait sa vie.
    Megan ouvrit la porte pour aller vers le coffre récupérer ses affaires, laissant William savourer son repas seul.

    Londres, 1965


    C'était une ville qui intriguait William presque autant que la si convoitée ville de Paris. L'heure de l'aube n'était pas loin, c'était sur. William suivait la vampire, le regard rivé sur l'architecture Londonienne, pensant que c'était ici que les grands groupes comme les Beatles, les Rollings Stones avait commencé leur règne de gloire. Même en étant vampire, William gardait ses rêves et ambition d'adolescent. Le monde de la musique avait toujours sa place dans la liste des rêves de William.
    Ils arrivèrent bientôt devant une maisonnette un peu isolée de la ville, mais qui avait le même charme que celle ci. Megan frappa à la porte, et un homme d'une vingtaine d'année ouvrit. Son sourire s'agrandit à la vu de la vampire. Ils semblait se connaître. William observa la scène de leurs retrouvailles sans rien dire. Megan le présenta à la personne qui avait ouvert. C'était un vampire, celui qui l'avait faite. Il avait l'air sympa.

    Cette ville était vraiment étonnante, surtout les habitants. Comme l'avait prédit Megan, les vampires étaient évité par les humains, mais ceux ci ne savaient pas vraiment si les rumeurs sur eux étaient vraies. Chacune des deux races vivaient en communauté. Des humains mourraient chaque nuits, ainsi que des animaux. William avait gouté au sang animal, mais il préférait de loin le sang humain.



    Londres, 1965 - 2010


    William apprenait, années après années, à contrôler sa faim ( même si il n'y arrivait pas tout à fait encore), il apprenait à chasser comme le faisait Megan. Proprement, sans violence, ni peur. Megan tuait les âmes qu'elle chérissait après avoir liée une profonde amitié avec eux. William préférait ce lier avec eux en quelques heures, usant seulement de son pouvoir de charme. Il n'était pas aussi charismatique que son ainée, et puis il n'arrivait pas à tuer après avoir eu des liens aussi fort. Rien que pour ça il enviait Megan. Elle pouvait faire croire qu'elle était sincère à n'importe quel mortel.

    Les années passèrent, les victimes se suivaient, le progrès était fulgurant. En l'espace d'une cinquantaines d'années, on étaient passé de la grosse télévision en noir et blanc, au écran plasma. Du téléphone automatique, au téléphone cellulaire. De l'appareil photo a soufflet, à l'appareil numérique. Le monde avait évolué à vitesse grand V.

    Au fil du temps, il se détacha de Megan, pour traverser l'Angleterre en solitaire. Au moment où il allait revenir à Londres, il sentit le besoin d'aller ailleurs. Dans un monde qui l'appelait à quitter celui dans le quel il était.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

You Will see an other world ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aslways :: « Validés-
Sauter vers:

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit