AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Maël - The devil in my soul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
    x. Why so Serious ?


▌Inscription : 01/02/2010
▌Messages : 258
▌PUF : Pootchy R / Squirrel'
▌Âge : 23
▌Where : Là où je ne devrais pas être.
▌Humeur : Bonne pour moi, mauvaise pour toi.

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Brave Dawnied
Points Année:
MessageSujet: Maël - The devil in my soul Mar 16 Nov - 20:05











« Confidentiel ~ »





    « Maël »



      Âge ; Officiellement, 15 ans


      Signe Zodiacal ; Scorpion


      Sexe ; Masculin


      Nationalité ; Canadien


      Race ; Démon


      Orientation sexuelle ; Hétéro ... en général =P





    « Tell us something »


    You, you and you !


    Pseudo ; Squirrel', Pootchy R :3

    Code règlement ; Ça viens, ça viens ...

    Code histoire ; Ça arrive aussi ^^

    Comment as-tu connu le forum ? ; Par Mawiie. Ou Samy, j'sais plus en fait x) Peut-être les deux en même temps.

    Autres choses ? ; <3








    « Caractéristiques ~ »






    Physique


    Je n'aime pas trop me décrire, je préfère que les autres le fassent à ma place ... Alors là, c'est vraiment pour vous. Mes cheveux sont raides et bruns, pas très longs ; une mèche assez épaisse tombe devant mon œil droit. Mes lèvres sont fines et mes canines légèrement pointues, ce qui me donne un sourire particulier - le genre de sourire qui attire l'attention. Mes iris sont gris, d'un gris métallisé, ce qui ne me donne pas vraiment un air rassurant. Cela dit, j'ai appris avec le temps à les faire briller d'un éclat chaleureux. Ainsi, les gens n'ont pas peur de moi. En revanche, lorsque j'absorbe une âme, ils s'opacifient et deviennent plus foncés ; le blanc de mes yeux s'assombrit. Mes yeux deviennent alors un puits de ténèbres. Mon regard est la plupart du temps souligné par un trait de crayon noir. Niveau silhouette, je ne suis pas très grand et plutôt fin, ce qui me donne un air fragile auquel il ne faut pas se fier. Je préfère les habits sombres, ajoutant parfois une touche de couleur rouge ou violette.





    Mental


    Han, décrire mon caractère, encore une chose que je n'aime pas faire T.T Mais si vous insistez ... Alors, à première vue, je paraît tout à fait sympathique, plutôt détendu et facile à aborder. Éventuellement, je peux sembler un peu distant, si jamais je n'ai pas un très bon feeling envers la personne qui approche - en gros, si je pense qu'elle est plus clairvoyante que les autres. Mais, en réalité, chacune de mes expressions, chacun de mes gestes, est parfaitement calculé, afin que mon interlocuteur voit en moi ce que je veux qu'il voit. Vous l'aurez compris, je suis terriblement manipulateur. Pour citer mes autres nombreux défauts - qui font tout mon charme, bien sûr - je pourrais ajouter que je suis un brin hypocrite, parfaitement sadique et, surtout, sans aucunes scrupules. Vous avez envie d'en savoir plus ? J'aime gagner la confiance des gens en sachant pertinemment que je ne la mérite pas et je suis passé maître dans l'art de tromper mon monde. Pour finir, je suis très indépendant : je fais toujours les choses par moi-même, préférant ne pas faire confiance aux autres. Je déteste être soumis à une autre personne que moi ; je suis mon seul maître.


    Manies & loisirs


    Je passe souvent ma langue sur mes canines, surtout quand je suis énervé ou je viens de repérer une future victime









    « Le passé, le présent et l'avenir ~ »





    « La vie mérite d'être vécue »


    Story


    Part I : One

      I can't remember anything
      Can't tell if this is true or dream
      Deep down inside I feel the scream
      This terrible silence stops it there



    La première chose dont je me souvienne, c'est le froid. Mordant, piquant, terrible. Mes vêtements étaient trempés et collaient contre mon corps. Quand j'ouvris les yeux, ils furent aussitôt aveuglés par la blancheur glacial qui régnait autour de moi. Je mis un long moment à comprendre que j'étais immobile et couché dans la neige. Ce qui m'effrayai, c'était surtout le vide total de mon esprit. Je ne me souvenais plus de rien. Ni de mon âge, ni de mes parents ... ni même de mon nom. Je serais probablement mort là si personne ne m'avait trouvé. Heureusement - ou peut-être malheureusement - un homme passait par là. Il s'appelait Frogg, et c'était un vieillard bourru, qui avait rejeté le monde de la consommation pour vivre en trappeur dans les forêts canadiennes, avec pour seul compagnon un chien qui n'avait pas de nom.
    Il me repéra sans peine, tache noire sur l'immensité blanche. Poussé par je ne sais quelle générosité, il me prit et me ramena chez lui. Sa fierté l'empêchant d'appeler un médecin, il se débrouilla seul pour me réchauffer, me soigner ... me rendre la vie. Il décida également que je devais avoir 12 ans, et m'appela Maël. Il comptait bien sûr m'amener à l'orphelinat le plus proche dès que j'aurais récupéré un peu la santé. Mais, chose étrange, il sembla s'attacher à moi. Je ne parlais pas ; il n'était pas bavard. Je ne manifestai aucun désir ; sa seule préoccupation était de trouver de quoi survivre dans ce milieu polaire. Il me garda un mois, trouva une excuse pour me garder un deuxième, puis un troisième, et finit plus ou moins par m'adopter. Notre vie se régla rapidement, lui chassant, moi surveillant sa cabane durant ses longues absentes. Je ne cherchait pas comprendre. Je m'adaptais. Mais au bout de six mois, une sorte de fatigue se fit sentir en moi. Je n'arrivais plus à couper aussi bien le bois qu'auparavant. Mes jambes avaient parfois du mal à me porter. Je m'épuisais rapidement. Frogg ne s'en inquiéta pas trop au début, jusqu'à qu'un jour je tombe évanoui dans la neige.
    Il devait s'être attaché à moi, puisqu'il se força à descendre jusqu'en ville pour aller chercher un médecin. Celui-ci resta perplexe devant mon cas, et ne put que se déclarer impuissant, avant de se faire mettre à la porte par le vieil ermite. Celui-ci, bien que tentant de le cacher, était en fin de vie. Il ne put bientôt plus aller chercher de quoi manger, et nous dûmes nous rabattre sur le stock de viande séchée. Enfin, un matin comme les autres, il mourut sur sa couchette dure. Dans son sommeil. Mais, moi, je ne dormais pas. Et ce fut cette coïncidence qui changea ma vie.

    Part II : Vicarious

      Don't look me at like
      I am a monster
      Frown out your one face
      But with the other



    Non, je ne dormais pas. En réalité, les yeux grand ouverts dans la pénombre, j'écoutais attentivement le souffle de mon protecteur. Chaque inspiration était un peu plus espacée de la précédente et, même si je n'avais jamais assisté à une mort - ou du moins, m^me si je m'en souvenais pas - je me doutais bien que sa fin n'avait jamais été aussi proche. Au bout d'un long moment, peut-être plusieurs heures, son souffle se tut. J'attendis un bon bout de temps la prochaine inspiration, qui allait forcément suivre cette interruption, jusqu'à ce qu'une lumière bleuté apparaisse au-dessus de lui. Fasciné par ce phénomène, je quittais ma couchette et m'approchais.
    Une sorte de brume, à la fois irréelle et étrangement palpable, s'échappait de la ouche de Frogg. J'en approchai mes doigts, tentai de la saisir. En vain. Même le déplacement d'air que provoquait mes mains ne la faisait pas bouger. Elle se déroulait imperturbablement, comme si je n'avais pas à intervenir. Pourtant, je n'avais qu'une envie : savoir. Comprendre ce que c'était, et pourquoi elle me semblait familière alors que je me souvenais pas en avoir déjà vu. Alors, suivant mon instinct, auquel je me fiais depuis mon réveil dans la neige, je me penchais au-dessus du vieil ermite et aspirai cette brume qui sortais de sa bouche.
    Aussitôt je sentit toute l'énergie qui m'avais abandonné pendant les derniers mois revenir violemment en moi. Mes doigts se crispèrent sur le bord de la couchette. Je ne voulais surtout pas perdre une seule miette de cette brume "magique". Mais, bien sûr, ce genre de plaisir ne dure pas. Lorsque j'eus absorbée entièrement l'âme de l'ermite - car c'était bien son âme - je fus pris d'une sorte de folie. Peut-être cette expérience était-elle trop forte pour un gamin de douze ans. Peut-être était-ce simplement mon vrai visage qui se manifestait enfin. Quoi qu'il en soit, j'attrapai le premier objet qui me passait sous la main et tuai le chien, qui avait le malheur de se trouver là.
    Je me réveillai le lendemain matin entre les deux morts. Pas vraiment effrayé, je pris quand même sur moi pour ne pas sortir immédiatement dans le froid polaire. Je rassemblai ainsi quelques affaires, m'habillai chaudement, et partit en direction de la ville. J'errai un bon moment avant de trouver le fameux orphelinat où Frogg avait tant désiré m'amener. L'endroit était plutôt miteux, et je sus tout de suite que je n'y serais pas heureux. Mais avais-je vraiment le choix ..? C'est ainsi que rejoignis les rangs des orphelins canadiens, sans que personne ne sache encore quel danger ils courraient en ma présence.

    Part III : Assassin

      Lose control
      Increasing pace
      Warped and bewitched
      In time to erase



    L'orphelinat n'était pas vraiment l'endroit idéal pour grandir. Il n'y avait dans celui-ci que des garçons, divisés en deux bandes rivales. Je me désintéressai vite de ces querelles d'adolescents, me sentant trop différent pour m'y intégrer véritablement. Au fond, ils n'étaient que des gamins. Moi j'étais plus que ça. Je n'étais pas inoffensif, et je le savais pertinemment. Malheureusement, cette part de moi-même ne devait pas être très visible, car le "chef" d'une des deux bandes - en gros, celui qui tapait le plus fort - décida que ce détachement faisait de moi une victime idéale. Ce ne furent au début que des moqueries à mon passage. Je n'y prêtais aucune attention. Et cela ne manqua pas; bien sûr, de piquer son orgueil démesuré, ce à quoi je ne m'attendais absolument pas.
    Son seul but était désormais de m'humilier, ce qui ne ferait qu'augmenter son contrôle sur ses "troupes", et marquer sa supériorité sur son rival. Mais j'avais déjà pris comme habitude de m'esquiver dès que son pas lourd se faisait entendre, et le fait que je fuis ainsi sa présence l'énerva encore davantage. Ce petit jeu dura presque un an. Quelques jours après que nous ayons fêter mes 13 ans - on avait décidé sans moi de la date de mon anniversaire - cet abruti réussit à me coincer dans un couloir désaffecté où j'aimais bien aller. Cela faisait quelques semaines que je sentais revenir cette fatigue si familière, et c'est pourquoi je tentais dans un premier temps de l'éviter. Mais il était plus malin qu'il n'en avait l'air, et il réussit finalement à me bloquer la sortie. Pendant qu'il savourait son triomphe, mes yeux cherchait calmement de quoi me défendre. Et ils ne tardèrent pas à tomber sur quelques éclats de verre.
    Lorsqu'il me fonça dessus, je me ruais vers mes seules armes, les saisit sans la moindre peur de ma couper avant de les balançai sur mon assaillant. L'effet fut mortel, au premier sens du terme. Et, à nouveau, je vis s'élever la brume bleuté au-dessus de son corps. Cette fois, je savais pertinemment quoi faire, et, après avoir récupéré cette énergie vitale qui me faisait tant de bien, je cachais son corps, puis retournai dans la zone habitée de l'orphelinat. On ne le retrouva jamais. Mais cet incident eu au moins le mérite de me faire comprendre une chose : pour être tranquille, mieux valait être bien entouré. De plus - et je pensais à cela sans même en frémir - l'orphelinat me fournissait un stock inépuisable de victimes dont personne ne se souciait jamais.

    Part IV : Sweet Dreams

      Some of them want to use you
      Some of them want to get used by you
      Some of them want to abuse you
      Some of them want to be abused



    Ma vie à l'orphelinat dura plus de deux ans. Dès que je sentais ma faiblesse revenir, je faisais disparaître quelqu'un ou, lorsque ce n'était pas possible, me contentais d'animaux errants. Mais cette vie finis par me lasser. Avide d'inconnu, je m'enfuis de ma prison dorée pour partir explorer le monde. Tant que je trouvais des âmes à voler, je n'avais pas besoin de beaucoup me nourrir ou de me reposer. On ne me rechercha pas vraiment et je pense que les dirigeants de l'orphelinat étaient ravis de s'être débarrassés de mon inquiétante présence.
    C'est en errant dans ces endroits qui m'étaient si parfaitement étrangers que je trouvai la Porte. Le Passage. Appelez ça comme vous voulez. C'est ainsi que j'ai découvert Aslways : par hasard. Et, sans vraiment réfléchir à un éventuel retour, j'ai décidé d'aller y traîner ma vie déjà trop remplie pour seulement trois années d'existence. Je ne sais pas encore ce que vas me réserver cet endroit. Tout y est magique comme moi. Incroyable non ? Mais, surtout, je me sens beaucoup moins faible depuis que j'y suis. Cela dit ... cela dit, j'espère quand même que je trouverai ici des âmes aussi faciles à voler que dans l'autre Monde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guilds.forumactif.us


avatar


▌Inscription : 05/07/2008
▌Messages : 1351
▌PUF : Bloum Milk / Tagada Bloumy / Milka Lun'
▌Âge : 24
▌Where : In WONDERLAND
▌Humeur : Joviale

WHO I AM ?
Once upon a time...:
Magie (3°): Blanche
Points Année: //
MessageSujet: Re: Maël - The devil in my soul Mar 16 Nov - 20:45

Oki, bas rien n'a changé (normalement).
Je te revalide, et te fais passer en 2° année si tu en as envie (mp :))

Good game ! o /

________________





Loish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maël - The devil in my soul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aslways :: « Validés-
Sauter vers:

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit